KANKAN : des parents d’élèves expriment leur soulagement après le report de la rentrée scolaire

1 week ago 17

Initialement prévue pour le lundi 16 novembre, la rentrée scolaire de l’année académique 2020-2021 a été reportée en Guinée au 1er décembre prochain. A Kankan, cette décision est accueillie comme un ouf de soulagement par de nombreux parents d’élèves qui se plaignent de la cherté des fournitures scolaires. Ils espèrent que ce report de deux semaines leur permettra de mieux se préparer afin de faire face aux dépenses liées à la réouverture des classes. Ils l’ont exprimé ce matin lors d’entretiens avec le correspondant régional du Djely en Haute-Guinée.

Au lendemain de l’annonce par le ministère de l’Education nationale et de l’Alphabétisation du report de deux semaines de la rentrée scolaire en Guinée, ils sont nombreux les parents d’élèves à se féliciter de cette décision dans la commune urbaine de Kankan. Selon plusieurs pères de familles interrogés dans la ville, la date du 16 novembre n’arrangeait pas beaucoup à cause de la conjoncture économique que traverse le pays.

« C’est une très bonne nouvelle. Ce report va nous permettre de nous préparer de nouveau et acheter le minimum de ce que nos enfants auront besoin pour étudier. La vie est devenue très chère et il faut se battre pour satisfaire tous les enfants », confie Cheick Aly, un parent d’élèves.

Marie Kamano, elle, a déjà acheté des fournitures pour ses enfants. Mais son mari, selon elle, se bat encore pour trouver les frais de scolarité de leurs trois enfants. Donc, ce report est un ouf de soulagement pour sa famille. « Je suis très heureuse de ce report. Mes trois enfants ont tous déjà leurs cahiers, stylos et autres accessoires. Le problème est désormais lié aux frais de scolarité et avec cette rentrée repoussée, leur papa va se battre pour payer la première tranche des frais ; les écoles sont devenues très chères cette année », a expliqué la mère de famille.

Mais pour un autre père de famille, ce report de deux semaines n’est pas suffisant. Il souhaite que le gouvernement repousse la réouverture des classes au mois de janvier 2021 car, dit-il, les problèmes politiques doivent être complètement résolus. Il invite surtout le gouvernement à s’investir pour baisser les prix de certains produits de base « qui sont devenus aujourd’hui très chers ». « La vie est chère, le sac de riz avoisine les 400 000 francs guinéens, d’autres produits de grande consommation sont devenus très chers aussi. Si les enfants partent à l’école et qu’au retour, ils n’auront même pas à manger, ce n’est pas bon », a-t-il estimé.

Michel Yaradouno, Kankan pour Ledjely.com

Lire L Article En Entier