Kaloum : une famille jetée dans la rue par les forces de l’ordre

1 week ago

LES CHIMPANZÉS DE BOSSOU -GUINEE

Un conflit domanial a opposé ce lundi deux familles au quartier Sans-Fil, dans la commune de Kaloum. Le différend oppose les Coumbassa aux héritiers de Hady Touré. Ces deux familles réclament chacune le titre de propriété où vit la famille Coumbassa depuis des décennies, a-t-on appris.

Selon nos informations, depuis 4 heures du matin, la gendarmerie de Sans-Fil a fait une descente dans les lieux. Sur place,  nous constatons que toutes les affaires des occupants sont jetés dehors.  Femmes, enfants, tous inquiets, sont assis aux abords de la route, les yeux hagards.

Sampou Djombo Coumbassa est l’aînée de la famille Coumbassa. A l’en croire,  la concession qui oppose les deux familles est celle de son homonyme qui l’avait légué à son Papa avant sa mort. “Cette maison appartenait à mon homonyme, Hadja djombo Ndiaye. Avant sa mort, elle l’avait léguée à mon Papa qui était son fils adoptif vu qu’elle n’avait pas eu d’enfants. Depuis 1953 notre papa habite la maison. On a jamais eu de soucis ici. C’est vers 2011 ou 2013, un monsieur s’est dit être le frère de mon homonyme alors qu’il ne l’est pas. Comme il est aussi Ndiaye, ils ont dupliqué les documents à fournir à la partie adverse. Ils ont modifié des noms pour présenter le même dossier aux même dates. Il y a à présent deux titres fonciers sur le bâtiment. Nous avons l’original et eux, ils ont falsifié. Dès que vous voyez la falsification est nette”, a-t-il dit.

Sur les lieux, nous avons que les gendarmes auraient jeté des gaz lacrymogènes et cassé tous les meubles des personnes qui occupent cette concession. Mama Lessa Coumbassa est de la famille. elle raconte : “les gendarmes sont venus avec des gaz lacrymogènes à 4 heures du matin. Ils disent exécuter l’arrêt qui a été donné en faveur de la partie adverse. Que nous sommes plus les propriétaires. Notre maison a été vendue, on ne sait pas par qui”.

Poursuivant, elle dira que “comme ils ont constaté que nous avons eu le titre foncier, ils ne se sont pas reposés. Ils ont plus de moyens que nous et plus de relations. C’est ça en Guinée quand tu n’as pas les bonnes personnes derrière toi, tu ne peux pas avoir gain de cause. Ils ont fait un premier jugement à Mafanko. Ils ont échoué. Parce qu’ils ont vu le tribunal compétent, c’est le tribunal de Conakry 1. Ils ont fait un autre jugement à notre insu. Après, ils sont venus nous communiquer la décision prise en leur faveur. On a fait appel à la Cour d’appel mais rien parce qu’ils ont les moyens”.

La famille Coumbassa dit n’avoir pas reçu de préavis avant la démolition de la concession par les agents des forces de l’ordre. Sur place, les déguerpis disent avoir perdu de l’argent et beaucoup d’autres biens qui auraient été emportés par les forces de l’ordre et leurs complices.

Enfin, nous avons essayé de joindre la partie adverse pour recouper l’information mais en vain.

Lire l article complet
Articles - News - SiteMap