Interdiction de l’importation des teufs-teufs : L’inquiétude des importateurs

1 week ago 23

Le 1er décembre 2020, le Président de la République, Alpha Condé, a interdit l’importation des véhicules de plus de 8 ans. Pour lui, ces véhicules «trop âgés» seraient à l’origine de plusieurs accidents en Guinée. Aux importateurs, un délai de trois mois leur est accordé pour se conformer à la décision. Reste à savoir si le décret sera appliqué, tant les plaintes sont nombreuses. A un mois et demi de l’entrée en vigueur du décret, ces importateurs et vendeurs de véhicules d’occasion sont inquiets. Le 15 février, dans un parking à Nongo (commune de Ratoma),  Aboubacar Kaba, importateur et vendeur de voitures d’occasions, explique : «Cette interdiction est vraiment défavorable pour nous qui pratiquons cette activité, ainsi que les clients. Difficilement, les gens gagnent 30 millions pour acheter une voiture. Il y a des gens qui prennent des voitures à crédit avec nous. C’est compliqué pour ces gens de débourser 100 millions pour acheter un nouveau véhicule de plus de 8 ans. Le président nous a invités à l’accompagner pour développer ensemble la Guinée, mais je crois qu’il a mal choisi le moment pour prendre une telle décision. L’Angola avait fait pareil, mais cela n’a pas été facile pour eux. La décision a été annulée avec l’arrivée d’un nouveau régime. On ne souhaite pas la même chose chez nous, c’est pourquoi nous demandons à l’Etat de revoir la décision…» Peut-être qu’Alpha Condé y songe déjà.

Dans le même parking, Kabiné  Kandé, importateur de véhicules affirme que la décision est un coup dur pour les acteurs de ce secteur: «Grâce à ce travail, je parviens à subvenir à mes besoins. Avec cette décision du Président, la situation va être difficile pour les jeunes employés et moi. La situation est grave, une telle décision ne fait qu’accroître le chômage en Guinée …»

Une troisième ajoute «Je crois que cette décision va impacter tout le monde. Un véhicule fabriqué à partir de 2013 coûte plus de 130 millions de GNF alors que la majorité des Guinéens est pauvre. C’est une décision difficile avec la situation actuelle de notre pays. Personne ne va acheter un véhicule à ce prix et l’utiliser dans le domaine des transports, parce qu’il ne va pas s’en sortir. Actuellement, tous les véhicules qui assurent le transport dans notre pays ont plus de 8 ans. Voilà pourquoi le décret va entraîner une crise dans le secteur du transport. Même en Europe les véhicules de plus de 8 ans sont utilisés. Ce que l’Etat devrait décider c’est d’imposer la visite technique à tous les utilisateurs de véhicules. Quand il pourra prendre des mesures d’accompagnement comme le Sénégal, par exemple, il peut décider sans que cela ne dérange quelqu’un», a narré Alphadjo Bah, vendeur de véhicules. Sauf que la Guinée n’est pas le Sénégal.

Bailo Diallo

Lire L Article En Entier
Articles - News - SiteMap