Implication du chef de l'Etat dans le duel Antonio-KPC : Faut-il craindre des sanctions de la FIFA ?

2 weeks ago 21

CONAKRY- C’est sans nul doute le duel le plus ‘’bruyant’’ de l'histoire, dans la bataille pour le contrôle du sommet de la Fédération Guinéenne de Football (Féguifoot) !

La médiation du Chef de l'Etat -une démarche très critiquée par une partie de l’opinion- pour "calmer" la tension chez les supporters des deux rivaux dans la cité, ne semble pas avoir changé grand-chose. Chaque camp campe sur sa position, à un mois de la date fatidique du 31 avril. Les deux magnats du football guinéen sont à "couteaux tirés" pour occuper le poste de président de la féguifoot.

La démarche du chef de l’Etat guinéen visant à réunir Antonio Souaré et Kerfalla Person Camara, est salutaire, mais selon cet analyste averti de la scène footballistique, cette action du président Alpha Condé à s’ingérer dans le fonctionnement de la Féguifoot est contraire aux règles édictées par les instances du football mondial, auxquelles la Féguifoot a ratifié.  Ceci, a-t-il averti, expose d’ailleurs le pays à des sanctions en cas d’ingérence remarquée du politique dans le football. 

Lire aussi-Congrès électif de la Féguifoot : KPC et Antonio prennent des engagements

‘’ Cette démarche du président Alpha Condé est salutaire mais nous aurions souhaité qu’elle soit un peu plus discrète parce que vous savez que la FIFA est très soucieuse de l’indépendance des associations nationales membres. C’est un point d’honneur pour la Fifa. Le président de la République est le chef de l’exécutif’’, a souligné notre interlocuteur.

Selon cet observateur, la démarche du Président est salutaire dès lors que des dérives sont constatées alors que la campagne proprement dite n'a pas commencé.  Mais cette action aurait pu se faire dans la discrétion loin des caméras et micros, pour éviter des énnuis à la Guinée. Car, prévient-il, "la FIFA nous a à l'oeil".

"La campagne n’est pas officiellement lancée puisque les commissions électorales, de recours et de disciplines ne sont pas encore installées. C’est quand toutes ces commissions sont mises en place que la commission électorale va lancer la date du début et la fin de la campagne. Or, il y a une dérive inexplicable qui ne se justifie pas. Comme on dit, il faut calmer le jeu et ce rôle revient aux deux candidats de calmer l’ardeur de leurs sympathisants et groupes de soutien.  La démarche du président de la République est bonne mais encore une fois de plus que cela se passe dans la discrétion", précise notre interlocuteur.

A suivre…

BAH Boubacar LOUDAH

Pour Africaguinee.com

Tel : (+224) 655 31 11 13

Lire L Article En Entier
Articles - News - SiteMap