Idriss Deby : « Je sais d’avance que je vais gagner »

1 week ago 18

Le président tchadien, Idriss Deby, allié des nations occidentales dans la lutte contre les militants islamistes, est en passe de prolonger son règne de trois décennies lors des élections de dimanche, malgré les signes croissants de mécontentement populaire à son égard. Les dirigeants de l’opposition ont appelé leurs partisans à boycotter le scrutin et à rendre le pays « ingouvernable », après que la décision de M. Déby de briguer un sixième mandat ait entraîné des manifestations et des affrontements avec les forces de sécurité. Déby, 68 ans, est l’un des dirigeants les plus anciens d’Afrique, ayant pris le pouvoir en 1990 lors d’une rébellion armée. Il a fait adopter une nouvelle constitution en 2018 qui pourrait lui permettre de rester au pouvoir jusqu’en 2033 – même si elle a rétabli la limitation des mandats.

Déby, qui a pris le titre de « maréchal » l’année dernière, devra faire face à six candidats après que la Cour suprême en a interdit sept autres. Le dauphin de la dernière élection en 2016, Saleh Kebzabo, et Ngarledji Yorongar, un autre leader éminent de l’opposition, se sont retirés de la course ici pour protester contre la candidature de Déby. « Bien sûr que nous allons gagner », a déclaré Déby à ses partisans lors d’un événement de campagne. « Je sais d’avance que je vais gagner, comme je l’ai fait au cours des 30 dernières années ».

Le Tchad possède l’une des armées les plus compétentes de la région, qu’il a déployée dans les points chauds des pays voisins pour lutter contre Boko Haram et d’autres groupes islamistes. Mais le gouvernement est toujours menacé périodiquement par les rebelles du nord du pays. Des avions de chasse de l’ancienne puissance coloniale, la France, sont intervenus en 2019 pour frapper un convoi rebelle lourdement armé après sa traversée depuis le sud de la Libye.

Les dirigeants de l’opposition critiquent Deby pour sa gestion de la richesse pétrolière du Tchad. Les faibles prix du brut de ces dernières années ont grignoté les revenus, obligeant à des coupes dans les services gouvernementaux qui ont conduit à des grèves dans le secteur public. Elle a également entraîné une augmentation des niveaux d’endettement. La directrice du Fonds monétaire international, Kristalina Georgieva, a déclaré que les créanciers du Tchad se réuniraient la semaine prochaine pour examiner la demande d’allégement de la dette du pays.

Lire L Article En Entier
Articles - News - SiteMap