Haut Commandement de la gendarmerie : Gnelloy « corrigé » par Kadiatou Biro

2 weeks ago 39

Dans la soirée du 29 mars, Ousmane Gnelloy, l’autre « ministre Fakebook de la Défense du Président Alpha Condé» a passé un mauvais quart d’heure dans l’enceinte du Haut commandement de la gendarmerie nationale, situé dans la commune de Kaloum. Il a été attaqué par Diallo Kadiatou, DK, la fille cadette de l’ancien président de l’Assemblée nationale, El Hadj Boubacar Biro Diallo qui frise la centaine et que M. Gnelloy a copieusement insulté dans une vidéo devenue virale tant à Conakry que dans le reste du pays. Paire de gifles, « coups de talons de chaussures genre Mai 1958 », bagarre en bonne et due forme dans la salle d’attente du premier gendarme du pays. L’ancien militant de l’UFDG s’en est sorti avec une tête peut-être pensante, mais bien saignante.

Ousmane Gnelloy, connu pour sa virulence sur les réseaux sociaux, s’en est pris, il y a quelques jours, à l’ancien président de l’assemblée nationale, avec des injures bien grossières. L’acte qui n’a pas plu à la famille, nombreuse, du Doyen. Son avant-dernière fille, de retour d’Abidjan, aurait posé le problème à plusieurs de ses proches pour la suite à donner aux insanités gratuitement adressées à son père de patriarche. Sans succès. Elle décide alors d’aller voir le Haut Commandant de la Gendarmerie, le général Ibrahima Baldé : « A ma grande surprise, je vois le même Gnelloy bien assis dans la salle d’attente avec un talkie-walkie. Je ne le connaissais pas bien, je lui ai demandé si c’est lui Gnelloy, il me dit oui, je lui dis ‘’C’est toi qui as insulté mon père ?’’ Il me dit que c’est lui. Je lui ai donné une paire de gifles et la bagarre a commencé ».

Kadiatou Diallo accuse la garde du général Baldé de l’avoir brutalisée. Elle annonce une plainte : « Une dame de la gendarmerie, une certaine Diallo, m’a administré des coups, elle m’a piétinée. Ils m’ont trimballée dans les escaliers comme une malpropre. Gnelloy est allé chercher ses loubards, ils sont venus me trouver dans ma voiture, me menacer de mort. Mes sœurs sont arrivées, on l’a suivi. Devant Sékhoutouréya, il est allé dire aux bérets rouges que nous volons le tuer. Je vais consulter un médecin légiste, je vais porter plainte, même si je sais que celle-ci ne peut pas prospérer parce que Gnelloy est protégé. Il utilise le nom du Président de la République pour insulter les gens ».

Cette affaire a commencé aux Etats-Unis d’Amérique. Fatou Gnelloy, sœur d’Ousmane Gnelloy, est arrivée au pays de l’Oncle Sam voici quelques semaines. Elle s’est attaquée aux ressortissants guinéens vivant aux Etats-Unis qu’il a qualifiés de « vauriens qui n’ont rien d’autre à faire que de conduire des taxis et de laver des vielles femmes». Une fille d’El Hadj Biro vivant aux Etats-Unis s’estimée touchée par les propos de Fatou Gnelloy. Elle a porté plainte. A la suite de cette plainte contre sa sœur, Ousmane Gnelloy a insulté l’ancien président de l’Assemblée nationale, sa famille, son ethnie et que sais-je encore ?

Yacine Diallo

Lire L Article En Entier
Articles - News - SiteMap