Guinéens de l’étranger, passeport et carte biométrique: les précisions du ministre Damantang

2 weeks ago 39

Dans l’émission « Sans Concession » de Guineenews ce vendredi, le ministre de la Sécurité et de la Protection civile, a confirmé l’engagement du gouvernement guinéen à résoudre la lancinante question de fourniture du passeport aux Guinéens vivant à l’étranger. Ce, dans le cadre du partenariat signé courant mars dernier entre  la société guinéenne Louba Sarl, le ministère des affaires étrangères et celui de la Sécurité et de la Protection civile.

Invité à faire le point sur le processus devant permettre aux Guinéens vivant à l’étranger de se procurer le document de voyage guinéen à partir des représentations diplomatiques du pays, le ministre Damantang commence par préciser « que le kit pour la France est arrivé ce matin (vendredi, ndlr) à Paris ». Et d’ajouter que «ce qu’il faut, c’est la formation de ceux qui vont être chargés d’utiliser ces kits-là ».

D’ailleurs, ajoute-t-il, «la formation a commencé pour certains pays et va commencer pour d’autres ». Et de rassurer «sans avancer de date » que « c’est imminent. » Et « qu’on est plus proche de l’émission des passeports qu’autre chose à l’étranger».

Tout en reconnaissant qu’il n’y a pour l’instant que 7 pays, comme cela a été déjà officiellement annoncé, l’invité de « Sans Concession » voit plutôt le verre à moitié plein « on compte de zéro, on est à 7 » et de préciser qu’on choisit les pays où il y a plus de diasporas ». Avant d’insister  que le gouvernement «compte pouvoir arriver au maximum».

La touche du ministre Kalil Kaba, des Affaires Etrangères

Ce projet a connu une avancée particulière avec les ministres actuels des Affaires Etrangères et de la Sécurité. Selon le ministre Damantang qui évite de charger les ministres précédant,  si cette initiative connaît enfin un début d’exécution après des années de tergiversation sur fond de tiraillement entre les départements de la Sécurité et des Affaires Etrangères, « l’apport de Kalil Kaba a été énorme ». «C’est pratiquement l’initiateur de cette avancée », précise-t-il.  Et d’expliquer plus loin «…que le ministre I. Kalil Kaba avait été témoin par ses fonctions pendant longtemps de ses tiraillements et donc il avait déjà une idée très précise de la situation. Ce qui lui a permis de prendre une décision très vite »… Ajoutant que son collègue des Affaires Etrangères «a eu la chance et l’avantage d’avoir eu des éléments d’information depuis très longtemps avant de venir ». Ce qui lui aurait permis d’arriver au gouvernement « avec la solution en tête ».

Dans ses explications, l’invité de « Sans Concession », tout en sollicitant l’indulgence et la patience des citoyens, informe également qui les problèmes d’acheminements des kits en Arabie Saoudite et en Chine sont en passe d’être réglés. «Il y a également l’Arabie Saoudite où pour des problèmes de visas, nous n’avons pas pu encore envoyer l’équipe. Mais c’est imminent. Pour la Chine, il n’y a pas actuellement de vol vers la Chine mais le consul de Guinée en Chine est présent en Guinée. … Il a les kits à disposition et là aussi ça devrait se faire de façon imminente…»

Passeport et carte biométrique pour les Guinéens de l’intérieur

Les Guinéens de l’intérieur ne sont pas laissés pour compte  dans les efforts annoncés pour l’amélioration du «cadre au service des passeports qui n’est pas l’idéal », Damantang Albert Camara. Selon le ministre guinéen de la Sécurité, « il a été prévu de faire un centre à Nongo, et un autre à Matoto (…) ça va décongestionner le ministère ». En attendant « la meilleure solution », c’est-à-dire «le centre qui est en construction à Donka ». Avec  « tous les services de la direction de la police des frontières », annonce-t-il, promettant « un cadre approprié avec un système de délivrance et de rendez-vous qui permettra aux gens de ne plus s’agglutiner ici et de perdre du temps ».

Et d’ajouter que la même extension concerne «également les 8 régions de l’intérieur du pays ». Sans oublier la production de la carte d’identité nationale biométrique qui va se poursuivre à Conakry qui va servir de phase de test avant que les autres villes soient desservies. En attendant, Damantang invite les populations et les services compétents au niveau de mairies à faire preuve de vigilance à propos des informations que contiennent les documents fournis à cet effet. « Il  ne sera pas possible de changer», prévient-il.

Lire L Article En Entier
Articles - News - SiteMap