Guinée : Y-a-t-il eu des cas de fuite de sujets au Bac 2021 ?

1 week ago 25

CONAKRY-Des "petits malins" ont-ils trompé la vigilance des autorités de l'Education qui avaient annoncé toute une batterie de mesures pour éviter la fraude ? Des sujets ont-ils fuité avant le lancement des épreuves ?

A peine le lancement des premières épreuves du BAC, des polémiques sur des cas éventuels de fuite de sujets ont été signalés ce jeudi 22 juillet 2021. Peu avant midi, c’est-à-dire après le lancement des épreuves, le sujet de français, option sciences sociales s'est retrouvé sur la toile. D'autres évoquent aussi le sujet de Biologie, option sciences expérimentales.

Pour l'heure, le ministère de l'éducation nationale et de l'alphabétisation indique qu'il garde sa sérénité et observe le déroulement de la première journée. Si toutefois, il est établi qu'un surveillant a failli, des mesures qui s'imposent seront prises à l'encontre de ce dernier, nous a ton confié.

 "Si c'était le cas, on aurait vu ces sujets avant 09 heures, c’est-à-dire avant le lancement des épreuves. Lorsqu'un délégué a le sujet, le surveillant aussi, les candidats également en possèdent, peut-on parler de fuite ? Mieux, le fait que ces sujets circulent sur la toile, est-ce à dire que dans les salles de classes les candidats les traitent en commun. Il faut que les gens se débarrassent de cette intention de toujours salir les efforts qui sont fournis. Nous sommes en train de nous informer, s'il y a eu des défaillances, si nous avons la preuve qu'un surveillant ou qui que ce soit a fait preuve de légèreté dans les examens, nous prendrons nos responsabilités", a confié un cadre du ministère de l'Education.  

Le Baccalauréat session 2021 a été lancé ce jeudi, 22 juillet 2021.  Dans la commune de Matoto, c’est le lycée Ahmed Sékou Touré de Gbéssia qui a abrité l’évènement en la présence des responsables du ministère de l’éducation nationale, des députés et autorités communales de l’éducation.

Au total, ils sont 16 771 candidats dont 6555 filles qui vont affronter l’examen du baccalauréat dans tout Matoto. Ces candidats sont répartis entre 38 centres pour 571 salles en raison de deux surveillants par salle soit en tout 1225 surveillants d’après le Directeur communal de l’éducation, M. Daouda Doumbouya.

Ce centre où 619 candidats composent dans 20 salles, l’on a constaté la présence des agents de sécurité. D’abord à la rentrée de la cour où deux gendarmes contrôlent toutes les personnes qui y entrent.

Côté mesures contre le covid, un dispositif sanitaire y est. Le contrôle de température est exigé avant l’accès dans les salles de classe. Même s’il y a un kit sanitaire installé, le lavage de mains n’est pas respecté et ce n’est d’ailleurs une obligation d’après notre constat.

Le ministre avait annoncé le déploiement des détecteurs de métaux. Dans ce centre, l’on a remarqué un seul appareil détecteur de métaux. « Même si c’est un seul, moi, je pense que c’est un acquis » a déclaré le DCE M. Daouda Doumbouya.

Par ailleurs, dans certaines salles de classe, même après le lancement des épreuves, il n’y avait que la présence d’un seul surveillant. En plus, sur les badges de certains surveillants, aucune identification les concernant n’est mentionnée.

Dans la commune de Ratoma, au lycée d Kipé où un reporter d’Africaguinee s’est rendu ce matin, sur un effectif de 442 candidats, 51 absents ont été constatés.

Côté dispositif sécuritaire et sanitaire, deux agents de la sécurité (une gendarme et un policier) sont postés à la porte d'entrée, des kits de lavage des mains, le port des masques fait défaut car tous les élèves ne portent pas de masques.

Ce centre dispose de deux détenteurs de métaux, deux délégués dont un du MEN-A et un de l'enseignement Supérieur).

Siddy Koundara Diallo et Oumar Bady Diallo

Pour Africaguinee.com

Lire L Article En Entier
Articles - News - SiteMap