Guinée unie – Debout contre la division et la désinformation [Alpha Boubacar Bah]

1 week ago
LES CHIMPANZÉS DE BOSSOU -GUINEE

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous maintenant.

Il y a quelques jours, notre pays a été le théâtre de rumeurs malveillantes et d’actes abjects visant à semer le chaos et la division. Des colporteurs de fausses informations ont propagé le mensonge selon lequel le Général de Corps d’armée Mamadi Doumbouya, chef de l’État, serait gravement malade, plongé dans le coma et évacué au Maroc pour des soins. Certains ont même osé exprimer le souhait morbide de sa disparition, tandis que d’autres ont appelé ouvertement à la déstabilisation du pouvoir et à un coup d’État. Ces actes ignobles sont non seulement répréhensibles, mais ils sont également contraires aux valeurs de paix, de stabilité et d’unité auxquelles nous aspirons en tant que nation.

Dans ce contexte, le président de la République, fidèle à sa ligne de conduite, n’a pas cédé à la politique du spectacle ni à la propagande. Au contraire, il est resté concentré sur l’essentiel : gérer le pays et refonder la nation guinéenne. Jeudi dernier, il a présidé tranquillement le conseil ordinaire des ministres, dans un joli boubou bleu, perpétuant ainsi sa traditionnelle ambition de promouvoir le textile guinéen. Son calme et sa sérénité face à ces attaques perfides démontrent sa détermination à ne pas se laisser détourner de sa mission au service du peuple guinéen. Hier, lundi 13 mai 2024, c’est un Général de Corps d’armée Mamadi Doumbouya en excellente forme et visiblement très enthousiaste qui a accueilli son homologue, le Président de la République sœur du Rwanda, Son Excellence Paul Kagame. Il s’agit de la deuxième visite de ce dernier dans notre pays en l’espace d’un an.

Cependant, il est fondamental de rappeler que le président Mamadi Doumbouya est avant tout un être humain, sujet aux mêmes fragilités que nous tous. Mais pourquoi certains considèrent-ils cela comme un problème ? Pourquoi ressentent-ils le besoin de souhaiter le malheur à autrui ? Qu’est-ce qui pousse certains individus à se spécialiser dans l’appel à la violence et à la déstabilisation du pouvoir, alors que nous savons tous que cela ne nous mènera qu’en arrière ?

Ces questions soulignent la déshumanisation de certains Guinéens, qui semblent perdre de vue la compassion élémentaire envers leurs semblables. Souhaiter la mort d’un être humain, quelle que soit la divergence politique, est une marque de mépris choquante envers la vie même. De même, il est essentiel de condamner fermement les compatriotes qui, loin de notre patrie, confortablement installés derrière leurs smartphones après avoir siroté un thé, une glace, voire même une bière, passent leur temps à appeler de leurs vœux des troubles et le chaos dans notre pays. Ce qui est encore plus préoccupant, c’est que la plupart de ces individus le font dans le seul but de récolter des vues et des likes pour leurs comptes sociaux monétisés. Leur prétendue défense des valeurs démocratiques et de l’avenir du pays n’est qu’un prétexte pour générer du buzz. Ces valeurs, ils les piétinent allègrement.

Dans cette optique, il est impératif de réaliser que l’éclatement de troubles ou de chaos ne servirait les intérêts de personne. Une déstabilisation du pouvoir constituerait un saut dans l’inconnu, un retour en arrière compromettant le processus de démocratisation et de développement de notre pays. En effet, cela entraînerait des retards supplémentaires et des souffrances inutiles pour notre peuple déjà éprouvé par de nombreuses épreuves. Manifestement, dans notre pays, nous ne semblons pas apprendre de nos propres erreurs. Les événements tels que le renversement du régime du PDG le 03 avril 1984, l’avènement du capitaine Dadis Camara le 22 décembre 2008, et l’arrivée du CNRD le 05 septembre 2021 devraient nous servir de leçons. Combien de Guinéens ont regretté ces événements après s’être réjouis, combien ont bénéficié de ces changements ? Il est temps de tirer des leçons du passé. Le chaos, la violence et les changements abrupts de régime ne sont pas toujours bénéfiques pour ceux qui les recherchent.

Par ailleurs, il est essentiel de rappeler que la liberté d’opinion et de choix est un pilier fondamental de toute société démocratique. Chacun devrait avoir le droit de choisir librement ses convictions et les personnes qu’il souhaite soutenir, sans être soumis à des critiques ou des attaques pour ses choix. Nous devons nous rappeler que personne ne détient la vérité absolue, et que nous avons tous le droit de défendre nos idées et nos valeurs. Au lieu de nous quereller et de nous diviser en raison de nos différences, nous devrions encourager des débats constructifs et respectueux, où les idées sont échangées et discutées de manière civilisée. La compassion, la tolérance et la solidarité doivent guider nos interactions, afin que nous puissions travailler ensemble pour surmonter les défis auxquels notre nation est confrontée. En privilégiant le dialogue et le respect mutuel, nous pouvons bâtir un avenir meilleur pour tous les Guinéens, où chacun peut s’épanouir librement dans un climat de paix et de prospérité.

En conclusion, les Guinéens peuvent être profondément rassurés : le Chef de l’État, Général de Corps d’Armées Mamadi Doumbouya, se porte à merveille et continue d’œuvrer avec une détermination inébranlable pour le bien de notre nation. Son engagement envers le peuple guinéen reste sa priorité absolue, comme en témoignent ses actions et ses paroles. Dans cette période où des rumeurs infondées ont semé le doute, il est crucial de réaffirmer avec force notre soutien indéfectible et notre confiance envers celui qui dirige notre pays. En ces temps d’incertitude, nous joignons nos prières à celles de nombreux compatriotes pour qu’Allah le protège de toute maladie et le guide sur la voie du meilleur chemin. Car nous croyons fermement que sous sa gouvernance éclairée, la Guinée continuera à progresser et à prospérer. Nous sommes reconnaissants pour son leadership solide et son engagement indéfectible envers notre patrie.

Alpha Boubacar Bah

DGA Agence Nationale de Rénovation Urbaine (ANRU)

Read Entire Article
Articles - News - SiteMap