GUINÉE : les conservateurs de la nature en colère contre leur hiérarchie

2 weeks ago 18

Les 3 000 agents conservateurs de la nature de la promotion 2013 sont sans situation régulière depuis huit ans. Ils ont battu le pavé, ce mardi 9 février, dans la cour de la Direction générale des conservateurs de la nature, sise au quartier Cameroun dans la commune de Dixinn. Ces agents demandent l’amélioration de leurs conditions de vie, leur évolution en grade et la fin de l’attribution de leurs missions à la gendarmerie environnementale.

Selon un des agents-manifestants, leur revendication porte essentiellement sur la dernière sortie du ministre de l’Environnement, des Eaux et Forêts. « Les jeunes sont venus, ce matin, exprimer leur mécontentement à la suite des attributions du corps des conservateurs de la nature, au profit de la gendarmerie environnementale. On a nos attributions et nous avons besoin que ces attributions soient respectées. Si vous voyez cette mobilisation ici ce matin, c’est pour demander leur départ. A nous tout seuls, on peut faire ce travail. Nous faisons plus de résultats qu’eux. Mais cela n’apparaît nulle part si ce n’est pas dans le rapport du ministère de l’Environnement. Ce sont des activités qui ont été menées par les jeunes sur toute l’étendue du territoire national. Ces gendarmes sont là en train de polluer notre sphère. Ils ne sont là que pour leur profit, et vraiment, nous sommes fatigués », a expliqué un manifestant qui a préféré garder l’anonymat.

Depuis leur recrutement, ils n’ont jamais évolué en grade

Il y a plus de 8 ans que ces agents, dont certains sont à l’intérieur du pays, n’ont pas évalué en grade ; comparativement aux autres corps. Selon eux, ils n’ont jamais été ravitaillés en riz. Ils disent avoir payé chacun 60 000 francs pour régler, mais ce dossier n’a toujours pas abouti.

« Nous avons plus de trois promotions à notre actif. Les deux autres qui ont été formées n’ont pas encore bénéficié d’une nomination de grade. Et la promotion a été nommée il y a 8 ans de cela et jusqu’à présent, ils portent le même grade, pendant qu’il y a eu chez les autres 3, 4, 5 à 6 avancements. Les gens avec lesquels ces jeunes ont commencé leur nomination en grade sont déjà au sommet », a-t-il ajouté.

« Tout ce que je peux vous dire à propos des grades, c’est que moi, en tant que directeur général, j’ai fait à la mesure de mes prérogatives, à la limite de mes prérogatives. Et personne de vous ne peut dire le contraire.  Quand il était question de faire cette nomination, j’ai été informé et on a fait des  propositions des nominations de grades, et on a déposé à qui le droit. C’est là-bas où se limitent mes prérogatives », a répondu le directeur général de la conservation de la nature, Namory Keita.

Pas de ravitaillement

« A un certain moment, on nous a promis que notre ravitaillement est régularisé. On n’a pris ça une fois et depuis, plus rien. Sauf que ce qui est curieux, la dernière fois, on a dit que notre situation a été déposée, mais selon certaines informations, ce document s’est perdu et que le projet de nomination de grade a été égaré. Nous sommes inquiets du sort des jeunes que nous représentons. Si on doit confier notre responsabilité à la gendarmerie qu’on le sache et que désormais ils décident de nous orienter vers un autre domaine. Mais si  nous devrions faire notre tâche, désormais, nous voudrions qu’on ait cette latitude et cette garantie que nous pouvons faire notre travail sans que cela ne soit mélangé à autre chose. Ils ont leurs attributions, nous avons les nôtres. Donc, nous voudrions que cela soit respecté de tous », a conclu le jeune agent.

Balla Yombouno

Lire L Article En Entier
Articles - News - SiteMap