Guinée : lancement du concours national d’admission aux écoles professionnelles

1 week ago 13

Michel Koivogui, le secrétaire général du ministère de l’enseignement technique, de la formation professionnelle et de l’emploi, lance les épreuves du concours d'accès aux écoles professionnelles Michel Koivogui, le secrétaire général du ministère de l’enseignement technique, de la formation professionnelle et de l’emploi, lance les épreuves du concours d'accès aux écoles professionnelles

CONAKRY- L’école nationale de secrétariat administratif guinéen (ENSAG) a servi cadre ce samedi 9 janvier 2021, pour le lancement des épreuves du concours national d’entrée aux écoles professionnelles, ERAM  (Ecole régionales des arts et metiers) et ENI (Ecole nationale d'instituteurs) pour la session 2020. La cérémonie du lancement a été présidée par le secrétaire général du ministère de l’enseignement technique, de la formation professionnelle et de l’emploi, a-t-on constaté sur place.

Au total ils sont 5637 candidats dont 615 pour les ERAM, 262 pour les ENI et 4 760 venus des écoles privées de santé, qui participent à ce concours national. Les épreuves ont été lancées aux environs de 8h 30 à l'ENSAG, l’un des centres de Conakry. Cette deuxième phase du recrutement va permettre aux postulants de bénéficier de compétence à travers des formations qu’ils suivront dans les écoles professionnelles. Egalement, elle sera l’occasion de procéder à l’inauguration des Ecoles Régionales des Arts et des métiers et surtout de répondre aux aspirations des écoles privées.  Pour le secrétaire général du ministère de l’enseignement technique, de la formation professionnelle et de l’emploi, l’organisation de ce concours est un devoir pour le département.

«C’est un devoir du ministère de l’enseignement technique de recruter des jeunes guinéens et de les placer au niveau des écoles de formation professionnelle pour qu’ils puissent bénéficier d'une compétence leur permettant de s’insérer. C’est vrai qu’il y a eu un premier recrutement parmi ces candidats. Mais nous ne l’avions pas fait pour les ERAM. Et les ENI n’ont pas été suffisamment comblées. Ensuite, les écoles privées n’ont pas pu avoir le quota qu’elles souhaitaient.

Nous nous sommes dit, pour une question d’obligation d’équité, de normalisation, nous devons refaire un deuxième concours de recrutement permettant non seulement de pouvoir ouvrir les ERAM, de compléter les effectifs des ENI mais aussi, aux écoles privées d’engranger le nombre de candidats qu’elles souhaitent », a déclaré Michel Koivogui.

Comme les années antérieures, le slogan reste le même : ‘’tolérance zéro’’. « Nous estimons que tout candidat qui postule et qui veut apprendre à l’enseignement technique doit être d’abord d’une moralité irréprochable, c’est-à-dire, il doit éviter de copier ou de tricher. Les surveillants sont invités à observer la même rigueur, ils ne seront pas méchants mais rigoureux pour que seulement les méritants puissent être admis », a ajouté le secrétaire général.

Pour cette fois-ci, la nouveauté c’est l’inauguration des ERAM (Ecoles Régionales des Arts et Métiers) notamment de Boké, Labé, Siguiri et Nzérékoré qui reçoivent au total 615 candidats. Selon le secrétaire général du ministère de l’enseignement technique, de la formation professionnelle et de l’emploi, ces écoles sont désormais prêtes pour accueillir des apprenants.

« Les ERAM sont prêtes dans la mesure où les infrastructures sont finies, les équipements sont là, les formateurs sont formés et affectés dans les centres. Nous sommes en train de recruter, parallèlement finaliser les installations et former les formateurs qui doivent les utiliser. Il y a une particularité que l’on doit comprendre : chacun se dit école des arts et métiers et on les compare à l’ENAM. Quand bien-même l’ENAM est une école nationale des arts et métiers, mais elle s'occupe du secteur secondaire uniquement alors que les écoles régionales des arts et métiers qui sont dans les huit régions vont non seulement évoluer dans le secondaire mais aussi le primaire et tertiaire. Ce qui est une fondamentale différence. Les formateurs de ces ERAM sont formés spécialement sur les filières bien définies dont ont besoin les secteurs cités ci-haut » a précisé M. Michel Koivogui.

Toutes les dispositions sécuritaires et sanitaires sont prises par le département pour le bon déroulement des épreuves. Les candidats sont soumis au lavage de mains au niveau de ce centre ainsi qu’au port obligatoire de masques. Cette mesure sanitaire est respectée également par l’ensemble des surveillants et encadreurs.

Selon madame Fatou Touré, inspectrice régionale de l’enseignement technique et de la formation professionnelle à Conakry, aux écoles privées de santé, ils sont 1200 candidats, pour Boké, Labé et Nzérékoré 65, au niveau de l’ENI 25 candidats. « Les enfants et les surveillants ont tous des masques, il y a des kits sanitaires installés à l’entrée de ce centre. Nous avons deux centres à Conakry à savoir l’ENSAG qui regroupe les écoles privées, les ERAM et les CPI de Donka », a précisé l’inspectrice régionale. 

Siddy Koundara Diallo

Pour Africaguinee.com

Tel: (00224) 664-72-76-28

Lire L Article En Entier
Articles - News - SiteMap