Guinée : CNRD, évitez une sortie de piste

2 weeks ago

LES CHIMPANZÉS DE BOSSOU -GUINEE

Le contexte actuel d’incertitude sur le temps de la transition, conjuguée au faible poids du panier de la ménagère, notamment dans les foyers des citoyens au faible revenu, et la façon dont on traine le pas sur le chemin politique pouvant aboutir  aux élections, rend la plupart des observateurs pessimistes sur l’évolution de la situation.

Certes, tout le monde est conscient qu’on tirera quelques bénéfices de la période de transition, mais les autorités doivent tout faire pour éviter une sortie de route. La communauté internationale, la CEDEAO et les partenaires extérieurs jouent leur rôle, c’est aux autorités guinéennes qu’il revient en premier lieu de se ressaisir et de sortir la Guinée de l’impasse.

Le 5 septembre dans la matinée, les  Guinéens se sont mobilisés pour applaudir le Colonel Mamadi Doumbouya et ses hommes, après une décennie de lassitude et de souffrance face à un pouvoir dictatorial.

Depuis cette date, les nouvelles autorités  œuvrent à pas feutrés et très lents pour clôturer la transition par des élections transparentes et équitables, permettant aux citoyens d’élire ceux qui doivent prendre ldestinée du pays.

Les acteurs guinéens et les partenaires internationaux qui doivent inscrire leurs actions sur le long terme pour remettre la démocratie guinéenne sur de bons rails et assainir la gouvernance, commencent à mettre la pression sur le CNRD et son gouvernement. Au lieu d’encourager les efforts entrepris par le président de la transition visant à rassembler davantage les acteurs politiques et de la société civile autour des priorités de la transition.

Justement, cette société civile guinéenne qui devrait continuer de faire pression sur les autorités de transition, qui ont promis une réduction du train de vie de l’Etat, des sanctions contre les fossoyeurs des caisses de l’Etat, s’est aujourd’hui concentrée sur le volet politique et la course vers le CNT. Au lieu de s’occuper des conditions qu’il faut pour la rédaction constitution et l’adoption d’une nouvelle loi électorale afin d’assainir le jeu électoral, la société civile guinéenne se marche sur les pieds en rasant les murs de l’opposition. Et pourtant, il faut bousculer les autorités de la transition, dans le cadre des réformes plus ambitieuses contenues dans la feuille de route.

Maintenant que les partis politiques se remuent, il faut rester vigilants et se montrer fermes en cas d’usage de la violence contre les oppositions politiques, ce dont le Colonel Mamadi Doumbouya et le CNRD se sont jusqu’ici abstenus.

Par ailleurs, les partenaires internationaux doivent inscrire leurs actions dans le plus long terme et tenter de mieux identifier et soutenir les forces porteuses du changement. Ils devraient moins imposer un modèle extérieur d’Etat mais faire plus de place aux initiatives locales visant, à l’intérieur de l’administration, à produire des services plus efficaces et adaptés.

Lire l article complet
Articles - News - SiteMap