Guinée : Alpha Condé et Cellou Dalein s'affrontent sur un nouveau terrain…

2 weeks ago 17

Alpha Condé, président de la République de Guinée et son principal opposant Cellou Dalein Diallo Alpha Condé, président de la République de Guinée et son principal opposant Cellou Dalein Diallo

CONAKRY-La rivalité entre le président guinéen Alpha Condé, 83 ans, au pouvoir depuis 2010, et son principal opposant Cellou Dalein Diallo se transporte sur un nouveau terrain, . Désormais, les deux personnalités se donnent des coups au milieu des lobbies américains. Explications.

Selon le media américain www.foreignlobby.com, des proches de Cellou Dalein Diallo ont établi un contrat avec un colonel américain à la retraite pour faire pression pour que les États-Unis sanctionnent le président Alpha Condé pour avoir prétendument truqué le vote.

Le media mentionne : "Ambessa Solutions de Virginie a été embauchée par la «communauté de la diaspora guinéenne» aux États-Unis pour le compte de Cellou Dalein Diallo, ancien premier ministre et chef de la principale opposition Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG). Le contrat est de 15 000 $ par mois pendant 12 mois, pour un total de 180 000 $, et doit être facturé à la diaspora.

Le contrat a été conclu à la suite d'une réunion du 25 janvier entre le directeur général d'Ambessa, Richard Orth et Diallo, selon l'enregistrement de lobbying de l'entreprise en vertu de la loi sur l'enregistrement des agents étrangers (FARA). Le contrat est avec Cellou Dalein Diallo et Ahmadou Diallo (aucun lien de parenté), identifiés comme un leader de la diaspora guinéenne aux Etats-Unis".

Orth, un colonel à la retraite de l'armée américaine spécialisé dans l'Afrique subsaharienne avec des postes antérieurs dans les ambassades américaines et le siège du département d'État, a refusé de commenter sans obtenir au préalable le consentement de son client, précise foreignlobby.com. Mais son enregistrement de lobbying précise en détail les objectifs de l'engagement, à savoir:

Plaidoyer pour des sanctions contre «le président Condé et ses associés qui sont complices de violations des droits de l'homme [et] d'étouffement de la liberté d'expression contre l'opposition guinéenne»; Communiquer avec les principaux bureaux de la Maison Blanche Joe Biden , le Département d'État et le Congrès pour sensibiliser aux irrégularités présumées de l'élection ; Aider à déterminer « les principaux gouvernements étrangers pour un engagement immédiat » ; et Coordonner des réunions avec d'autres organisations sur la base de « stratégies mutuellement convenues ».

Il y a deux mois, Washington a établi un rapport accablant sur la Guinée dont la situation des droits humains s'est fortement dégradée dans le sillage du référendum constitutionnel, qui avait permis au président de briguer un troisième mandat.

Le site américain révèle aussi que le Gouvernement guinéen a sa propre équipe de lobbying à Washington, avec Scribe Strategies & Advisors enregistré pour représenter l'ambassade de Guinée à Washington depuis juillet 2019. La société a divulgué 120 000 $ de paiements de l'ambassade au moment de l'engagement.

Interrogé sur cette affaire, l'entourage de l'opposant guinéen, précise que le parti UFDG n'a aucu lien direct avec ces lobbies, mais cette démarche n'a rien d'illégal. Notre interlocuteur souligne d'ailleurs qu'il assume parce qu'il est nécessaire, au regard de la situation des droits humains en Guinée, que les officiels américains soient saisis afin qu'ils aient un regard sur ce qui se passe ici

"Effectivement, il y a eu un contrat établi avec cabinet Conseil basé aux Etats-Unis. Mais ledit contrat n'a pas été établi entre le cabinet et l'UFDG. C'est entre le cabinet et des guinéens de la diaspora.  Certains qui sont derrière cette initiative sont des responsables du parti aux USA (…). Le système de réseautage et de Lobbies ne sont pas interdits aux Etats-Unis, c'est licite. C'est pourquoi le contrat est officiellement enregistré. Même le gouvernement guinéen  à travers l'ambassade de Guinée à Washington a son  recruté son lobby. En ce qui nous concerne, bien que ce sont des responsables locaux du parti qui sont derrière la démarche et qu'ils n'ont pas agi et pour le compte du parti, mais nous l'assumons. Parce que pour eux, il est important au regard de la situation de la situation des droits humains en Guinée, que les officiels américains soient saisis afin qu'ils aient un regard sur ce qui se passe ici", explique Joachim Baba Milimouno.

Le Gouvernement guinéen n'a pour le moment pas commenté le sujet.

Nous y reviendrons ! 

Africaguinee.com

Lire L Article En Entier
Articles - News - SiteMap