France/Législatives 2024 : quelles conséquences de la victoire du RN sur les migrants ?

2 weeks ago
LES CHIMPANZÉS DE BOSSOU -GUINEE

Comme dans plusieurs pays européens, l’extrême droite est décrite comme une réelle menace en France par les migrants. Avec 36% des intentions de vote, le Rassemblement national est plus que proche du pouvoir. Mais quelles conséquences cette perspective pourrait entrainer en particulier pour les migrants africains ? Notre rédaction essaie de répondre.

Vainqueur aux élections européennes du 9 juin dernier, le Rassemblement national est donné en tête des élections législatives par les derniers sondages Ipsos avec 36% des intentions de vote. Plus que jamais, l’extrême droite est aux portes du pouvoir en France. Une montée fulgurante qui n’est pas un fait du hasard. « Ces dix dernières années, on a remarqué une forme de redondance dans les discours politiques et les Français s’en sont lassés. Il y a une baisse de forme, une baisse de régime des partis politiques, ce qui dénote justement le fait qu’aujourd’hui, les partis des extrêmes, comme le RN, un peu partout en Europe, sont en train de prendre de l’ampleur », analyse Kabinet Fofana, politologue.

Les questions migratoires constituent un des piliers du programme du Rassemblement national. Sur cette question précise, le RN prévoit dans son programme, notamment le retour du délit de séjour irrégulier, la restriction du regroupement familial par le durcissement des conditions, la suspension de toutes les régularisations de clandestins par les préfets. Au vu de ces dispositions des périodes compliquées s’annoncent pour les immigrés clandestins. « Ça va compliquer la régularisation de tout ce qui vient en France par des voies non régulières, et sans compter le fait que toutes ces mesures-là visent justement à rendre drastique l’accès au titre de séjour et même les allocations familiales, l’accès à leur santé, ça va être très compliqué », prédit notre interlocuteur.

Le parti de Jordan Bardella envisage également la suppression du droit du sol. Résidant en France et en séjour en Guinée, Amadou Bah dit mesurer l’ampleur d’une telle décision, catastrophique en soi, si elle venait à prospérer. Son ultime espoir, il le place néanmoins dans l’indépendance des institutions françaises.  « L’accès à la nationalité française par la naissance sur le sol s’applique progressivement et de plus en plus fermement au fur des générations. Si l’idée est de basculer vers une logique de naturalisation par décret, qui suppose non seulement des conditions, mais aussi une appréciation discrétionnaire par l’administration, alors on court un risque d’inconstitutionnalité, car on rompt avec la logique du droit », commente-t-il.

Mais l’ultime solution à ses yeux, ce serait que le parti de Marine Lepen ne récolte pas la majorité absolue à l’issue des deux tours des législatives françaises. « Il faut surtout espérer que le RN n’ait pas de majorité absolue à l’Assemblée nationale le 7 juillet. Après l’erreur du président de la République le soir des élections européennes, qui n’avaient pas un enjeu national, ce qui reste de la classe politique française devra être discipliné et savoir se désister au second tour pour un républicain », conseille Amadou Bah.

Le durcissement des mesures migratoires avec l’arrivée probable du Rassemblement national à Matignon pourrait avoir des implications économiques. Selon une étude de la banque mondiale, les envois de fonds par des migrants à destination de l’Afrique subsaharienne a connu une hausse de 1,9 % environ en 2023, pour atteindre 54 milliards de dollars, à la faveur de fortes augmentations des flux vers le Mozambique, le Rwanda et l’Éthiopie principalement Selon les projections pour 2024, les remises migratoires vers l’Afrique subsaharienne devraient augmenter de 2,5 %. Mais il n’y a pas que l’Afrique qui en pâtirait, selon l’économiste, Abdoulaye Guirassy : « Le durcissement de l’immigration a des conséquences aussi bien pour nos pays d’origine, mais également pour la France. C’est ce qu’on oublie. D’abord, pour nos pays africains, notamment la Guinée, qui nous intéresse, il faut reconnaître qu’actuellement, l’ensemble de l’aide publique au développement réunie par les pays occidentaux, se trouve de loin en déca des envois des immigrants. Donc, c’est important ».

Mais l’analyste s’empresse de nuancer : « Les économistes, les chercheurs ont prouvé par des recherches empiriques l’importance de l’immigration pour ces pays-là, en termes d’ajout, en termes de PIB. Ça a un facteur, ça permet le développement de ces pays-là. Parce que l’immigrant qui arrive va forcément se loger, il va travailler, il va avoir un revenu, il va payer des impôts, il va consommer, il fait partie de l’écosystème du pays, il contribue au rayonnement du pays, il contribue au développement du pays ».

Après l’annonce, le 9 juin 2024, de la dissolution de l’Assemblée nationale par le président Macron, les élections législatives sont prévues le 30 juin pour le premier et le 7 juillet 2024, pour le second tour.

N’Famoussa Siby

Read Entire Article
Articles - News - SiteMap