Foniké Mengué et Billo arrêtés : « on a sillonné tous les services d’enquêtes nationales mais n’a pu les localiser » (Me Béa)

1 week ago
LES CHIMPANZÉS DE BOSSOU -GUINEE

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous maintenant.

Oumar Sylla alias Foniké Menguè et Mamadou Billo Bah, tous deux activistes guinéens et respectivement coordinateur national du FNDC et responsable des antennes et de la mobilisation ont été arrêtés la nuit dernière à Conakry.

Au lendemain de cette interpellation -dénoncée par le FNDC et autres acteurs politiques- par un groupe de gendarmes appuyé d’une autre force, ont été conduits selon l’avocat Me Salifou Béavogui, vers une destination inconnue.
Interrogé, l’homme en robe noire a confié que le collectif d’avocats constitué dans ce dossier aura épuisé tous les moyens pour retrouver leurs clients.

« C’est avec un sentiment de tristesse et de désolation que nous avons appris cette arrestation de nos clients qui ont été conduits à une destination inconnue. (…) Le collectif a sillonné tous les services d’enquêtes nationales, mais n’a pas pu localiser nos clients, ni être informé des motifs de leur interpellation. Or, le code de procédure pénale est très clair. Il détermine clairement la manière par laquelle depuis la découverte d’une infraction, la poursuite, le jugement, l’exercice des voies de recours, tout est codifié, rien n’est au hasard. Qu’on mette tout cela de côté, qu’on vienne nuitamment et sans convocation ni mandat, alors qu’une simple convocation aurait pu les amener devant l’autorité compétente parce qu’ils ne sont pas cachés, ce n’est pas des fuyards non plus, et qu’on les arrête nuitamment et brusquement, qu’on n’arrive pas à accéder à eux, c’est une violation manifeste des droits et des libertés intolérables », a déploré l’avocat Me Salifou Béavogui.

Poursuivant, l’avocat a rappelé qu’à chaque fois que Foniké Menguè est arrêté, le plus souvent c’est la remise en liberté qui suit, parce qu’en réalité, dit-il, la manière pour aboutir à la matière a toujours été violée. Et c’est pourquoi : « nous exigeons leur remise en liberté pure et simple. A défaut, qu’ils soient présentés à un service d’enquête et qu’on en débatte pour qu’ils puissent recouvrer leur liberté. Ce sont des activistes de la société civile qui se battent pour l’ancrage de la démocratie, la consécration de l’État de droit, la primauté de la justice pas plus, pas moins. Donc, qu’ils soient traités de la sorte et de façon récurrente, c’est déplorable et regrettable », a-t-il lancé.

Sâa Robert Koundouno 

(+224) 620-546-653

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous maintenant.

Read Entire Article
Articles - News - SiteMap