Fraîchement venus des zones minières de la Guinée et des pays voisins, plusieurs centaines d’orpailleurs qui ont érigé domicile au carrefour Tinkisso dans la commune urbaine de Labé ne veulent pas rentrer bredouille dans leurs localités respectives. Ce, malgré l’annonce mardi soir par les gouverneurs de Labé et Boké de l’arrêt de l’exploitation minière dans la préfecture de Gaoual, a constaté sur place guinéenews.

Depuis un peu plus de 24 heures, le carrefour Tinkisso qui est le plus grand rond-point de la ville de Labé est complètement bloqué par des centaines d’orpailleurs installés de part et d’autre avec des centaines de motos et véhicules. Ayant pris connaissance de la décision de fermeture de la zone minière de Gaoual, ces mineurs ne semblent pas être rassurés. « On est là, on attend nos amis qui sont partis à Kounsitel. S’ils ne reviennent pas nous aussi on va aller car on apprend qu’ils travaillent toujours », a brièvement laissé entendre un jeune qui se fait appelé Amara au micro de Guinéenews.

Faut-il noter que plusieurs milliers de motards sont passés par Labé depuis vendredi dernier en direction de Kounsitel. Le paradoxe est que depuis l’annonce de la fermeture de la zone minière de Gaoual, les motards ne reviennent toujours pas.

Une attitude qui pousse certains à prendre la route pour tenter de rallier Gaoual. Une situation qui fait grossir le risque d’affrontement du côté de Kounsitel où les autorités de Labé et Boké annoncent le détachement d’un important contingent sécuritaire.

En attendant, le carrefour Tinkisso de Labé est transformé non seulement en gare-routière mais aussi en marché et campement de circonstance.