Environnement : La Guinée risque de connaitre le plus grand désastre écologique de l’Afrique avec l’usine de Fria

5 months ago

LES CHIMPANZÉS DE BOSSOU -GUINEE

A Fria, les déchets, composés notamment d’oxyde de fer, de métaux lourds et de résidus de soude, forment les boues rouges. Elles sont stockées depuis plusieurs années dans des grands puits à proximité du fleuve Konkouré sur lequel est construit le barrage hydroélectrique de Kaléta et Souapiti. Le journaliste scientifique, Aboubacar Camara, prévient que si des dispositions ne sont pas prises pour transformer cette boue rouge, la Guinée risque de connaitre le plus grand désastre écologique de l’Afrique.

Depuis le redémarrage de l’usine Friguia, la quantité de boues rouges ne cesse de s’amplifier. Cela génère le double de déchets et augmente la quantité de soude qui, bien que filtrée, se déverse dans les cours d’eau. Pour le chroniqueur scientifique, Aboubacar Camara la Guinée va vers un désastre écologique. « La boue rouge qui est en train de s’entasser c’est plus haut que la hauteur de l’usine. Chaque année, c’est des tonnes qui sortent. En hivernage, l’eau tombe dessus. Le fleuve konkouré est à un kilomètre de l’usine. A chaque hivernage, la boue rouge s’écroule par gravitation. Ils font des barrages pour arrêter cela. Ils sont à leur cinquième barrage. Le jour où cette boue rouge va descendre dans le fleuve konkouré, ça sera le plus grand désastre écologique en Afrique » prévient ce scientifique.

Les grands barrages hydroélectriques de la Guinée sont branchés sur ce fleuve Konkouré qui est menacé par ces boues rouges. Le journaliste scientifique indique. « Si la boue rouge tombe dans ce fleuve, tous ces barrages-là, c’est fini. Ils ne sont pas en amont, ils sont en aval. Il y’a tous les déchets là-bas. Si ça arrive au barrage, c’est fini » ajoute-t-il.

Aboubacar Camara précise tout de même qu’on peut valoriser ces boues rouges. « Ça c’est plus que de l’argile. Avec ça on peut faire des constructions parasismiques, des bâtiments qui peuvent résister aux tremblements de terre » révèle ce journaliste qui a par ailleurs invité les nouvelles autorités à agir afin de sauvegarder l’écosystème à Fria.

ISK, guineetimes.com

 
Lire l article complet
Articles - News - SiteMap