En Guinée, le coût du Hadj pour l'année 2024 a été réduit à 54 800 000 GNF, contre 57 000 000 GNF en 2023.

1 month ago
LES CHIMPANZÉS DE BOSSOU -GUINEE

Cette annonce a été faite par El Hadj Hady Cissé, directeur national adjoint du Hadj.


Le Hadj, l'un des cinq piliers de l'Islam, n'est pas obligatoire si les moyens financiers font défaut. Cependant, pour accomplir ce pilier, le fidèle doit répondre à certains critères essentiels.


"Pour effectuer le Hadj, plusieurs conditions doivent être remplies. Il faut être musulman, posséder la capacité de réflexion, et disposer des moyens nécessaires, ce qui est souvent le plus difficile. Ces moyens incluent les frais de voyage, les dépenses sur les lieux saints, et une santé permettant de réaliser tous les rites du Hadj. De plus, il faut laisser de quoi subvenir aux besoins de sa famille durant son absence", explique El Hadj Hady Cissé.


Il poursuit en précisant le montant que le pèlerin doit payer pour accomplir le Hadj à La Mecque. Il souligne que le coût a été réduit cette année par rapport à l'année précédente. "Le montant est de cinquante-quatre millions huit cent mille (54 800 000) francs guinéens par personne pour le pèlerinage de 2024. Le prix aurait été légèrement plus élevé si l'on se basait uniquement sur les détails des coûts. Néanmoins, grâce aux efforts de l'État et du gouvernement pour réduire le prix en faveur des citoyens, une grande partie du coût est subventionnée par l'État", ajoute-t-il, en mettant en avant l'engagement du Président de la République et du secrétaire général des affaires religieuses.


Nous avons collaboré avec toutes les parties concernées pour réaliser cette réduction de prix. Ainsi, le prix a été fixé à 54 800 000 GNF pour cette année.


En ce qui concerne la capacité des candidats à effectuer le pèlerinage, El Hadj Hady Cissé a fourni des éclaircissements. Dans un pays où l'infrastructure sanitaire n'est pas entièrement développée, il est conseillé aux candidats de prendre les précautions nécessaires. La première mesure concerne les personnes souffrant de maladies telles que l'hypertension et le diabète : elles doivent s'assurer d'avoir leurs médicaments habituels avant de partir. Les pèlerins seront accompagnés par une équipe médicale disposant de médicaments pour traiter les affections courantes lors des rassemblements, comme les maux de tête et les rhumes. Les maladies liées à la poussière, susceptibles d'être exacerbées par la foule et la chaleur, seront également prises en charge par l'équipe médicale. Toutefois, les médicaments pour l'hypertension et le diabète ne seront pas fournis et doivent donc être emportés par les pèlerins eux-mêmes.“

Read Entire Article
Articles - News - SiteMap