El Hadj Mamadou Saliou Camara : «Le bon musulman, c’est celui qui pardonne son prochain»

1 week ago 21

A l’instar de leurs coreligionnaires du monde, les musulmans de Guinée à l’image ont célébré l’Aïd-El-Kébir ou la Tabaski ou encore la fête du mouton, ce mardi, 20 juillet. Le premier des imams de la mosquée Fayçal de Donka (commune de Dixinn), El Hadj Mamadou Saliou Camara, a dirigé la prière au Centre islamique de Donka, devant des ministres, hauts cadres (en bois), expatriés, des Conakrykas, venus d’un peu partout.

D’une dizaine de minutes (Covid-19 oblige), le sermon de l’imam n’a  duré qu’une dizaine de minutes. L’amour du prochain, la solidarité, le pardon ont été occupé le sermon d’El Hadj Mamadou Saliou Camara : «Aujourd’hui, c’est une fête qui nous donne les directives pour renforcer notre solidarité entre nous. Un musulman est solidaire, un musulman pardonne, un musulman accepte les défauts des autres, un musulman pense toujours aux intérêts des autres. C’est pourquoi, aujourd’hui le sermon porte sur la solidarité entre les gouvernants et les gouvernés, entre les commerçants et les consommateurs, entre tous les musulmans (…) Celui qui veut vivre avec un ami sans défauts, rejette chaque être qui a un défaut, il vivra sans amis, parce que chaque être humain a ses défauts. Donc, pardonnons-nous, acceptons nos différences», a plaidé l’Imam.

A l’instar de leurs coreligionnaires du monde, les musulmans de Guinée à l’image ont célébré l’Aïd-El-Kébir ou la Tabaski ou encore la fête du mouton, ce mardi, 20 juillet. Le premier des imams de la mosquée Fayçal de Donka (commune de Dixinn), El Hadj Mamadou Saliou Camara, a dirigé la prière au Centre islamique de Donka, devant des ministres, hauts cadres (en bois), expatriés, des Conakrykas, venus d’un peu partout.

D’une dizaine de minutes (Covid-19 oblige), le sermon de l’imam n’a  duré qu’une dizaine de minutes. L’amour du prochain, la solidarité, le pardon ont été occupé le sermon d’El Hadj Mamadou Saliou Camara : «Aujourd’hui, c’est une fête qui nous donne les directives pour renforcer notre solidarité entre nous. Un musulman est solidaire, un musulman pardonne, un musulman accepte les défauts des autres, un musulman pense toujours aux intérêts des autres. C’est pourquoi, aujourd’hui le sermon porte sur la solidarité entre les gouvernants et les gouvernés, entre les commerçants et les consommateurs, entre tous les musulmans (…) Celui qui veut vivre avec un ami sans défauts, rejette chaque être qui a un défaut, il vivra sans amis, parce que chaque être humain a ses défauts. Donc, pardonnons-nous, acceptons nos différences», a plaidé l’Imam.

Avec Laguinee.info

Lire L Article En Entier
Articles - News - SiteMap