Droit au développement : l’autre dimension des droits de l’homme

1 week ago 14

La Conférence internationale sur les droits de l’homme (Hernan Santa Cruz dialogue) s’est tenue à Conakry ce mardi 13 juillet. La cérémonie, présidée par le président Alpha Condé, a mobilisé les autorités du pays et les représentations diplomatiques. (crédit-photos : cellule de com. du gouvernement)

La rencontre, troisième du genre après celles tenues à Sofia (Bulgarie) et Khartoum (Soudan), était donc une nouvelle étape vers le droit au développement.

« La tenue de cette conférence en terre africaine de Guinée consacrée à la poursuite de l’examen de la contribution du développement à la protection des droits de l’homme en République de Guinée, m’offre l’occasion de vous transmettre la très haute appréciation du gouvernement de la République », a déclaré le ministre des Affaires Etrangères, Dr Ibrahima Khalil Kaba.

 En tout cas, explique-t-il, « l’objectif visé corrobore son combat constant pour l’amélioration des conditions de vie de nos population… » Et d’ajouter : ‘’en accueillant cet événement, le gouvernement guinéen témoigne de l’intérêt qu’il accorde aux droits de l’homme ainsi qu’à ses engagements internationaux. ‘’

A sa suite, la ministre de la Citoyenneté, Dr Zalikatou Diallo a rappelé : « cette année, les différentes expertises tant nationales qu’internationales mettront l’accent sur le droit au développement, le changement climatique et la protection des droits de l’homme, le droit au développement, participation et cohésion sociale, le droit au développement des pays en voie de développement. Autant de sujets qui nous interpellent… » Avant de préciser : « cette conférence est aussi un moment de dialogue et de partage d’expériences et des idées nouvelles en faveur du bien-être des populations sans discrimination aucune…, en lien avec les idéaux du diplomate Chilien Hernan. »

Parlant du diplomate chilien, le Coordonnateur Résident du Système des Nations Unies en Guinée a souligné : « il y a plusieurs décennies, Hernan Santa Cruz a défendu des principes qui ont ensuite été inscrits dans la Déclaration sur le droit au développement, notamment la répartition équitable des bénéfices du progrès, la lutte contre les inégalités et les approches préventives. Il a affirmé par exemple, je cite, que « les inventions scientifiques doivent appartenir à la société et profiter à tous », et que « si l’on veut éliminer les causes de la guerre, il faut limiter la souveraineté des États par des considérations de solidarité et de coopération internationales, et élever le niveau économique des peuples du monde. Et à la lumière cette vision et au vu de la qualité de nos panélistes réunis, je me réjouis d’avance des réflexions qui sortiront des échanges de cette conférence internationale à Conakry », parie Dr. Vincent Martin du SNU.

Terminant son intervention, le diplomate a promis que la famille onusienne ne ménagera aucun effort pour soutenir et assister la République de Guinée dans son engagement en faveur des droits économiques, sociaux et culturels et du droit au développement.

A propos du droit au développement, le président Alpha Condé a promis que la Guinée « va profiter de la présidence du groupe des 77 plus la Chine pour voir comment concilier au sein de cet important groupe et avec les autres Etats, comment accélérer l’élaboration et l’adoption de la convention sur le droit au développement sous l’égide du conseil des droits de l’homme. »

Aussi, annonce-t-il, «la conférence des pays les moins avancés qui se tiendra au début de l’année prochaine à Doha sera aussi un moment important pour faire le consensus en faveur du droit au développement. »

Lire L Article En Entier
Articles - News - SiteMap