Dr Mauro Sidibé : « les coalitions ne feront que se ridiculiser et décrédibiliser la classe politique » (Interview) 

1 week ago

LES CHIMPANZÉS DE BOSSOU -GUINEE

Le leader du parti Alliance des Forces du Changement (AFC) Dr Moundiouf Mauro Sidibé a accordé mercredi 12 janvier 2022 une interview à notre rédaction.

Dans cet entretien réalisé à Conakry avec l’ancien candidat malheureux à la présidentielle du 18 octobre 2020, plusieurs sujets liés à l’actualité politique et diplomatique ont été abordés.

Lisez !

Mosaiqueguinee.com : Quelle lecture faites-vous de la décision de la Guinée qui se désolidarise de la CEDEAO et qui maintient l’ouverture de ses frontières avec le Mali ?

Dr Moundiouf Mauro Sidibé : Cette décision de la Guinée ne va pas sans doute dans le sens de l’amélioration de ses relations avec la CEDEAO. Elle risque de ternir le blason doré suite à la libération de l’ancien président. La CEDEAO en tiendra certainement compte dans sa position surtout celle qu’elle va adopter vis-à-vis de la levée des sanctions contre la Guinée.

L’organisation des élections en Guinée se fera désormais par le MATD. Qu’en pensez-vous ?

Dans un pays normal, démocratique, cette décision est une évidence. Elle va alléger d’une part les dépenses de l’État. Si l’on croit aux dernières révélations du ministre de l’administration sur le coût du prix des locations des immeubles occupés par la CENI et les salaires du double emploi de certains travailleurs, cela va s’en dire effectivement que les dépenses seront allégées pour l’État. Ensuite, cette décision va favoriser aussi le paiement en totalité des subventions des partis et des candidats conformément à la loi qui est de 30% et qui n’a jamais été respecté. En tout cas, si on n’évolue pas vers une république bannière, il n’y aucun doute que cette décision aura un impact positif.

Votre parti l’AFC est-il membre de l’une des coalitions politiques, si non pourquoi ?

En politique, chaque chose en son temps. Il est préférable d’attendre le second tour de la prochaine élection présidentielle pour parler de coalitions des partis. Avant cela, tout ce qui se passe n’est que manœuvre politicienne. Un front républicain se justifie lorsque les fondements de l’État sont en cause. Les coalitions qui se déchirent pour désigner de simples représentants au niveau du CNT ne pourront rien pour faire avancer un pays. Elles ne feront que se ridiculiser et décrédibiliser complètement la classe politique. Cela est ma position personnelle, je n’engage pas le parti. J’ai l’impression que certains forment ces coalitions pour des intérêts purement personnels et politiciens. Ils pensent qu’en regroupant beaucoup de partis derrière eux, cela leur fera beaucoup plus de poids pour des échéances prochaines.

Quelle appréciation faites-vous de la gestion de la transition et quelle est votre attente ?

Il est très tôt pour se prononcer tant qu’on ne verra pas le visage du CNT et tant qu’il n’est pas mis en place. Mon attente est la publication du chronogramme. Mon souhait, c’est de favoriser l’émergence de nouvelles figures comme dans le gouvernement, pour un renouvellement complet de la classe politique. Si les nouvelles autorités arrivent à réaliser cela, je pense que ce serait une très bonne chose pour le pays.

Que pensez-vous des assises nationales annoncées par le président de la transition ?

Moi, je veux savoir de quoi on va parler dans ces assises ! Si ce sont des choses qui sont en rapport avec la transition, ce sera bien. Mais, si dans ces assises là on va encore parler de certains problèmes qui ne sont pas d’actualité, ça ne fera qu’aggraver la situation. Donc, tout dépend de ce qui va être défini et des points essentiels qu’on va toucher dans ces assises. Aussi, si c’est dans un délais de trois (3) mois, je pense que ça peut aller. Mais, il ne faut pas que ça soit des trucs qui traînent et qui fassent que les gens finissent par s’en lasser. Il ne faut pas décréter quelque chose qui ne soit pas vraiment en phase avec ce que l’opinion veut. Il faut tenir compte de cela pour pouvoir déterminer le temps de cette transition.

Entretien réalisé par Mamadou Sagnane

Articles similaires

Lire l article complet
Articles - News - SiteMap