Discipliner le guinéen, le défi ultime du Président Mamadi Doumbouya (Par Mohamed Lamine keita)

2 weeks ago
LES CHIMPANZÉS DE BOSSOU -GUINEE

Les guinéens dans leur comportement de tous les jours, se trouvent dans l’excès. Repenser la société guinéenne, perdue dans la violence de la pensée, dans la démesure, dans la légèreté et dans la suffisance, est un sujet éminent dans la longue liste des devoirs patriotiques du Chef de l’Etat.

Les évolutions et les ratés du peuple de Guinée, sur le chemin de sa destinée, sont source, dans chaque pan de l’histoire, de son tempérament. Les époques des bons et des mauvais comportements se sont alternées ; et certaines générations ont vécu l’absence de dextérité, parfois même de dignité, dans les actions de la vie publique.

Des héritages vides de tout bon sens ont été réceptionnés et assumés en toute fierté dans le patriotisme. Et les vécus se sont corsés dans leur manque, hélas de l’essentiel, pour égaler l’harmonie.

Nos petites bandes d’intellos, de mégalos, et d’adeptes de tohu-bohus se sont cassés les figures dans leur règlement de compte, à la Rambo au Far – West. Et la jungle refit surface à Conakry, avec des rats comme roitelets. Mais la gangrène ne sectionna pas le membre hélas ! L’espoir fut permis ainsi.

Ce comportement d’attardé cérébral règne encore ; en maître malheureusement dans notre société. Si fait que, quiconque est ramené à la raison, l’on crie à l’étouffement, à l’abus et à la dictature.

Les droits de l’homme et l’ordre du monde ne sont point incompatibles, en effet. L’attitude citoyenne est plutôt méconnue par la majorité des jeunes générations qui investissent les espaces publics, avec des grossièretés, des impostures et de l’ignorance gargantuesques.

Que faire pour apaiser les hyper – excités et instruire tous les autres en travaux citoyens ?

Le Ministère de la Culture, n’ayant jamais pu jouer son rôle premier, d’éveil et de guide des Citoyens guinéens, depuis l’avènement de la deuxième République, devra fonctionner comme il se doit ; pour faciliter la création d’une conscience collective, par de la créativité pêle-mêle, mais dans un ordre d’encadrement sans conteste.

Croire dans la Culture de folklore à la place de celle de la réflexion, de l’éducation civique et de la projection futuriste, est un leurre. Le modèle guinéen devra changer de paradigme, pour ce. Il ne doit plus être le tricheur, le voleur ou l’imposteur, à la place du sérieux travailleur et de l’innovateur.

Le principal pain sur la planche du Colonel Mamadi Doumbouya, demeure celui-là.

Réussir le pari.

Comme la Guinée doit changer avec les guinéens, la discipline demeure le fer de lance dans notre avenir commun.

Réussir le pari serait un exploit ; car le niveau du manque est inquiétant. Et comme l’intransigeance relève aussi de l’ordre militaire, nous jetterons notre dévolu sur cette culture du Président de la Transition, pour garantir la mutation concrète des énervés naturels et crieurs publics ; des criminels corporels, environnementaux et économiques ; ainsi que tous les ignorants du bon comportement dans l’espace public et la gestion correcte de ses intérêts.

Car la discipline, à elle seule, garantit la sécurité, le bon vivre ensemble, le civisme, l’amour du travail, ainsi que les bases formelles d’une société qui se développe.

La jeunesse guinéenne, plus que tout, a besoin de cette lumière pour rejoindre le reste du monde dans la résolution des difficultés liées aux défis du futur. A faakoudou !

Je vous salue.

Mohamed Lamine Keita

Ecrivain / Poète

Lire l article complet
Articles - News - SiteMap