Direct-Kounsitel : la tension monte, les chasseurs d'or exigent l'ouverture de la mine…

4 days ago 18

CONAKRY-La décision des autorités régionales de Labé et Boké de fermer le gisement aurifère récemment découvert dans la sous-préfecture de Kounsitel, passe mal chez les orpailleurs. Alors que l'armée et la gendarmerie ont commencé de nettoyer la zone, des milliers de mineurs arrivés ces derniers jours en provenance des quatre coins du pays, dont la plus part de la Haute Guinée, se retrouvent désenchantés. Sur place, les chasseurs d'or exigent la réouverture des mines. La tension commence à monter.

Certains ont effectué le voyage en prenant des crédits, traversant tout le pays, d'autres ont presque dépensé toute leur épargne dans l'espoir d'amasser le métal jaune se trouvant à Kounsitel, qui attire la convoitise des mineurs. Ce mercredi 9 juin 2021, plus de 4000 personnes arrivées par vague, ces dernière 48h sont coincées au rond-point de Kounsitel, ne sachant que faire. Retourner ? Une option que la plus part des gens interrogés écarte. Ils exigent des autorités la réouverture des mines.

"Libérez, libérez (la mine)", scandaient-ils en chœur à l'arrivée de notre envoyé spécial sur les lieux. "Tout ce monde que vous voyez là, ce sont des guinéens, il n'y  a aucun étranger. Nous demandons juste aux autorités d'ouvrir la mine, nous permettre de travailler pour gagner nos vies", a confié un mineur désenchanté.

Le déferlement humain vers cette localité jadis désert, a provoqué une hausse vertigineuse des prix. Certains commerçants, mercantiles, n'hésitent pas à spéculer sur les prix. C'est leur moisson. Ne dit-on pas que la rareté fait la valeur ? La surenchère est à son comble.

Le litre d'essence se négocie  à 25.000 GNF alors que la miche de pain se vend à 5000 francs. Les activités commerciales en berne depuis la fermeture des frontières avec le Sénégal voisin, reprennent de plus belle, au grand bonheur des commerçants.

Lire aussi-Ruée vers l'or à Gaoual: Le Gouvernement prend les choses en main…

Les réseaux téléphoniques sont saturés, difficile d'émettre ou de recevoir un appel tandis que la connexion internet s'est considérablement dégradée, à cause du magma humain présent sur les lieux.

Mais à l'allure où vont les choses, il faut craindre une crise humanitaire dans la zone. La commune rurale de Kounsitel n'était pas préparer à accueillir tout ce beau monde dans un temps aussi court. Certain vivres commencent à se raréfier, sans compter les risques de maladie.  Aucun dispositif sanitaire n'est en place pour prendre en charge d'éventuels malades. Le pays est pourtant englué dans une double crise sanitaire. Pire, certains autochtones ont vu leurs champs agricoles détruits par les chasseurs d'or. 

Une importante délégation gouvernementale est attendue dans la journée dans la préfecture de Gaoual pour une évaluation de la situation assortie de propositions concrètes. Au moment où nous mettions cette dépêche en ligne, toutes les activités d'exploitation sont stoppées. 

Nous y reviendrons !

Alpha Ousmane BAH

Envoyé spécial  d'Africaguinee.com

A Kounsitel

Lire L Article En Entier
Articles - News - SiteMap