Dialogue: Quand Sidya, Kouyaté et Cellou tournent le dos à Alpha Condé...

2 weeks ago 19

Les anciens premiers ministres Cellou Dalein Diallo, Sidya Touré et Lansana Kouyaté Les anciens premiers ministres Cellou Dalein Diallo, Sidya Touré et Lansana Kouyaté

CONAKRY-Sauf coup de théâtre, le dialogue politique annoncé et qui est sur toutes les lèvres connaîtra de grands absents. Il s'agit des anciens premiers ministres Cellou Dalein Diallo, Lansana Kouyaté, Sidya Touré, trois mastodontes de l'opposition guinéenne, qui ne sont pas du tout emballés par le mécanisme annoncé. 

La nomination par Alpha Condé, de Fodé Bangoura, ancien puissant bras droit de feu Général Lansana Conté, au poste de Secrétaire Permanent du Cadre du Dialogue Politique et Social n'a guère éteint les vieux clivages au sein de la classe politique guinéenne. Au contraire, elle a propulsé au-devant de la scène les dissensions qui la mine depuis belle lurette.

Après un an de déchirement politique sanglant, provoqué par le projet controversé du troisième mandat et son cortège de morts, tous les acteurs politiques ou presque, étaient unanimes sur la nécessité d'aller à un Dialogue politique sincère et inclusif pour solder le passif lourd et se projeter vers un avenir plus serein.

Lorsqu'en décembre dernier, au lendemain de sa réélection, le dirigeant guinéen avait pris l'initiative de mettre en place le cadre de Dialogue politique et social,  beaucoup avaient applaudi. Excepté Cellou Dalein Diallo dont le contentieux avec le Pouvoir est toujours pendant. La position de l'opposant n'a pas bougé d'un iota.

Par contre, Sidya Touré, Lansana Kouyaté et tant d'autres, bien que prudents avaient affiché un brin d'optimisme. Mais six mois après, ça semble être le désenchantement chez ces opposants. Les leaders du PEDN et de l'UFR ne sont plus emballés par ce dialogue annoncé.

Dialoguer sur quoi lorsque des opposants sont emprisonnés ? C'est la  principale interrogation qui revient chaque fois. Les trios des anciens premiers ministres se la posent aussi à des degrés différents. Autant dire qu'ils ne sont prêts à participer à ce fora dont le cadre n'est pas encore clairement défini.

Afin de déblayer le chemin pour la tenue d'un dialogue inclusif, le pouvoir d'Alpha Condé devait, de prime à bord, poser des actes allant dans le sens d'une véritable décrispation, estiment de nombreux observateurs. La libération des prisonniers politiques par exemple serait un acte fort. Mais le régime n'entend pas de cette oreille, estimant que les figures de l'opposition en détention depuis sept mois, sont en conflit avec la Loi et que seule la justice doit décider de leur sort. C'est toujours le même statu quo et les positions des uns et des autres sont tranchées.

La question que l'on se pose : à quoi servirait un dialogue politique sans Sidya Touré, Lansana Kouyaté, Cellou Dalein Diallo ? Les conclusions de ce dialogue favoriseraient-elles la décrispation, l'entente, la concorde recherchées? Pas sûr ! Car quoique l'on dise, dans le contexte actuel, ces acteurs politiques demeurent encore très représentatifs dans l'opposition. Une opposition plus que jamais émiettée depuis le lendemain de la présidentielle d'octobre. D'un côté, il y a Mamadou Sylla, chef de file de l'opposition, et son groupe par ailleurs favorables au dialogue, de l'autre, le trio des anciens premiers ministres, perçu comme l'aile dur. Comment réunir ce beau monde autour de la table avec la mouvance présidentielle ? Fodé Bangoura a du pain sur la planche…

Focus Africaguinee.com

Lire L Article En Entier
Articles - News - SiteMap