Dialogue politique : «Il ne peut pas y avoir un dialogue sincère» sans les détenus politiques (Siaka Barry)

2 weeks ago 14

Le 21 mai, le leader du PUP (Parti de l’unité et du progrès), Fodé Bangoura, a été propulsé  sécréteur permanent du cadre de dialogue politique et social par le Prési Alpha Grimpeur. Mais, l’ancien haut dignitaire du régime de Fory Coco n’inspire pas confiance aux yeux de plusieurs leaders politiques. Siaka Barry, le prési du MPDG (Mouvement populaire démocratique de Guinée) en fait partie. Invité le 27 mai sur les «GG», le «révolutionnaire» a laissé entendre que Fodé Bangoura n’est pas une figure consensuelle pour conduire un dialogue politique.

En outre, le contexte politique actuel n’encourage pas l’opposition, notamment l’Ufdg de s’assoir autour de la table avec des émissaires du goubernement. La raison ?  Ses leaders et militants sont au gnouf depuis sept mois. Mais aussi, les conclusions des dialogues passées non appliquées peuvent renforcer la réticence de l’opposition à participer à ce dialogue.

«Lorsque on a le bout du fusil sur la table, on ne peut pas négocier. Aujourd’hui, on a des acteurs majeurs de l’opposition en prison. Je ne suis pas d’accord avec ce qu’ils font certainement, non plus avec ce qu’ils disent fondamentalement, mais je me battrai pour qu’ils recouvrent leur liberté. Il ne peut pas y avoir un dialogue sincère sans ces acteurs politiques», affirme Siaka Barry.

Accusés de fabrication et de détention d’armes de guerre, entre autres, El Hadj Chérif Bah, Ousmane Gaoual Diallo, Abdoulaye Bah, Etienne Soropogui, Cellou Baldé, ont passé sept mois au gnouf. Ils attendent toujours leur procès devant Dame Thémis. Siaka Barry, le Prési du MPDG, justifie cette longue détention par le fait que la justice ne disposerait aucune preuve contre ces leaders. «Nous sommes incapables de sortir la moindre épreuve. S’il y a des Guinéens qui sont en porte-à-faux avec la loi, que la justice les condamne, avec des preuves à l’appui.»

Le Grimpeur se trahit

En 1998, l’opposant Alpha Grimpeur a été coffré par le Prési Fory Coco. Il y a quelques semaines, il a déclaré qu’il n’y a pas de prisonniers politiques en Guinée alors que des leaders de l’opposition sont embastillés. «Alpha Condé a été otage de 1998 à 2001. Il doit savoir ce qu’on appelle un otage politique. Il a dit la dernière fois qu’il ne reconnait pas qu’il y a des prisonniers politiques en Guinée. J’ai cru entendre Lansana Conté en 2 000, lorsqu’il disait qu’Alpha Condé n’était pas un prisonnier politique. L’histoire est têtue. Lorsque le Président Jaques Chirac était en Guinée pour demander sa libération, le Président Lansana Conté s’évertuait à démontrer qu’Alpha Condé n’était pas un prisonnier politique. Aujourd’hui, le même Alpha Condé s’évertue à démontrer que Foniké Menguè, Ousmane Gaoual et Cie ne sont pas des prisonniers politiques. C’est pourquoi, j’ai dit que le Président Alpha Condé est sur le point de trahir l’opposant Alpha Condé», fustige Siaka Barry. Selon lui, le Grimpeur se force à «asphyxier» l’opposition pour qu’on n’en parle plus. «Dans ces conditions, on aura à faire avec un parti-Etat et ce qui donnera une pensée unique du maître à pensées. Je vais dire à mon ‘’père’’, à un moment donné, d’arrêter avec la ruse. Voyons la nation en face ! Si nous pouvions discerner des palmes ou des lauriers au politicien le plus rusé, nous lui auront décerné depuis longtemps. Il est plus rusé que nous. Il est plus stratège que nous. C’est bon ! Qu’il mettre cette ruse au service de l’unité nationale, de la cohésion sociale», conseille le prési du MPDG. Au moins ça !

Yaya Doumbouya

Lire L Article En Entier
Articles - News - SiteMap