Des coordinations irritées contre Damaro et Cie : "On veut foutre le pays en l’air…"

2 weeks ago 22

CONAKRY-La résolution adoptée ce mercredi 6 janvier, par l’Assemblée Nationale passe mal chez certaines coordinations régionales du pays. Interrogés par Africaguinee.com, certains notables membres desdites coordinations accusent les députés de vouloir "foutre le pays en l'air".

Le texte de deux pages voté par les parlementaires guinéens interdit à ces structures régionales toute prise de position politique, d’immixtion dans les dossiers judiciaires ou interférer dans les questions de défense.  Interrogé sur cette décision du pouvoir législatif, le responsable de la communication de la coordination nationale de l’union forestière a martelé qu’ils ne sont pas concernés pas par cette résolution.

« Nous ne sommes pas une coordination politique, mais ce qui est claire, en tant que coordination de l’union forestière nous allons toujours prendre position, parler de politique tant que celle-ci menace le social. Il y a eu tellement des tueries ces derniers temps, ces dix dernières années, nous avons enregistré assez de morts en région forestière, est-ce qu’on voudrait que nous, en tant que coordination, qu’on se taise face à ces différentes barbaries et assassinats ? Non, on ne peut pas se taire.

Le président a menacé de tuer dans l’œuf les coordinations régionales et c’est cette procédure qui a commencé. Mais puisque nous ne sommes pas des coordinations politiques s’il y a menace, c’est surement contre les coordinations que le président a lui-même mises en place pour contrecarrer les autres coordinations. En tout cas, les autres coordinations dirigées par Elhadj Sékouna Soumah, Elhadj Ousmane Fatako Baldé, Elhad Sékou Kaba et Dr Jean Démini Tolno ne sont pas concernées par cette résolution. Ces structures ont existé depuis des siècles, ce n’est pas à cause des sentiments ou des opinions politiques qu’on peut décider du jour au lendemain de mettre fin à ces coordinations. Et on ne peut pas lier ce qui vient de se passer par exemple à Macenta à l’œuvre des coordinations, car nous avons toujours appelé à la paix » a expliqué Gnouma Sory Leno.

Lire aussi-Elhadj sans loi précise : "Ce sont eux qui ont fabriqué des Coordinations artificielles"

Justifiant l'adoption de cette resolution, le président de l'Assemblée Nationale, Amadou Damaro Camara a déclaré : "Les coordinations régionales qui auraient pu contribuer au renforcement de la cohésion et de l'unité nationale, sont de plus en plus devenues sources de tension et crises sociales à relent ethnique et régional".

Interrogé, le président de la coordination nationale de la Haute Guinée a déclaré qu’il n’était pas au courant de la prise d’une telle résolution à leur encontre. Toutefois, prévient-il, toute décision visant à empêcher les coordinations de jouer leur rôle sera "inacceptable".

« Tout ça là, c'est une façon de foutre le pays en l’air. Si les coordinations ne se mêlent pas dans la situation politique guinéenne, je ne sais pas où on veut aller. Quand ça ne va pas dans le pays, ce sont les coordinations qui interviennent. Sans les coordinations, nous nous dirigeons vers le chaos. Il faudrait qu’on intervienne quand ça ne va pas dans le pays. Ce sont les coordinations qui gèrent le pays dans les conditions normales, qu’on soit à côté des politiques et qu’on se mêle un peu de tout pour maintenir la quiétude et le vivre-ensemble. Quand ça ne va pas dans le pays, l’Etat aura besoin des coordinations, parce qu’elles représentent l’équivalent d'un père au sein d’une famille. En tout cas, je ne suis pas prêt à accompagner des idées pareilles dans notre pays » a réagi Elhadj Sékou Kaba, président de la coordination nationale de la Haute Guinée.

A suivre…

Siddy Koundara Diallo

Pour Africaguinée.com

Lire L Article En Entier
Articles - News - SiteMap