Dalaba : l'insécurité "bat son plein" depuis la destruction des locaux de la gendarmerie…

2 weeks ago 17

DALABA-La ville de Dabala fait face à une montée de l'insécurité.  Cette préfecture située à cheval entre Mamou et Labé, ressemble à une ville sinistre. Lors des violences qui ont secoué de nombreuses villes du pays, dans le sillage du référendum constitutionnel, tous les édifices publics avaient été détruits dans cette préfecture. La prison civile avait été attaquée, des bandits de grand chemin libérés. Ce qui, aujourd'hui, n'est pas sans conséquences.

La montée de l'insécurité inquiète les citoyens de Dalaba dont les ressortissants envisagent de reconstruire les infrastructures qui avaient été détruites. En amont, des séances de sensibilisation sont en perspectives pour amener les citoyens à comprendre l'utilité de la gendarmerie et de la police dans la sécurité dans une ville.   

Plus d’une année après sa destruction pendant les événements pré et postélectorales du 22 mars 2020, la gendarmerie de Dalaba n’est toujours pas reconstruite. La ville ne dispose d’aucun agent de la gendarmerie alors que le banditisme refait surface.

Alors que la situation perdure, les habitants sont inquiets.  Originaire de Koundara, Amadou Tidiane Diallo est étudiant à l'institut de la médecine vétérinaire à Dalaba. Il fait part de son inquiétude.  « Une ville où il n'y a pas de gendarmes ou de policiers est exposée à l’insécurité », s’inquiète-t-il.

L’insécurité bat son plein. Même le préfet de la ville n'est pas épargné. Récemment, des hommes armés ont attaqué sa résidence, sa famille victime d'agression. Face à la négligence des autorités de reconstruire les infrastructures, les ressortissants de Dalaba s’organisent pour réhabiliter les bâtiments administratifs détruits pendant les violences post-électorales, explique le préfet.

« Les ressortissants de Dalaba se sont donnés rendez-vous pour réparer toutes les infrastructures détruites lors des évènements passés en commençant par la résidence du préfet,  le bloc administratif, la police et la gendarmerie. C'est dans leur programme. Le secrétaire général des affaires religieuses s'est rendu à Conakry pour rencontrer les ressortissants et finalement, ils se sont accordés qu’après le mois de ramadan ils vont essayer de procéder immédiatement au lancement des travaux ne serait-ce que réhabiliter ces quatre infrastructures. Une rencontre est prévue pour amener les gens à comprendre l'utilité de ces différents bâtiments dans la ville », a fait savoir le préfet Abdourahmane Diallo.

De retrour de Dalaba, Thierno Amadou Barry

Pour Africaguinee.com

Lire L Article En Entier
Articles - News - SiteMap