Crise américaine : Un Coup d’État contre Trump ?

2 weeks ago 23

L’ex-chef de la CIA sous Obama appelle à un coup d’Etat contre Trump pour qu’il ne «déclassifie pas tout».

Il y a quelques jours, au milieu des troubles liés à la contestation des élections par l’administration Trump, qui ont donné lieu à plus d’une douzaine de procès intentés dans plusieurs États du champ de bataille, Donald Trump Jr. a exhorté le président à lancer l’option nucléaire : «DECLASSIFIEZ TOUT !!!», a-t-il écrit en lettres majuscules sur Twitter. «Nous ne pouvons pas laisser les mauvais acteurs s’en tirer comme ça.»

D’autres ont également repris l’idée : «Voici quelque chose de constructif que Trump pourrait faire avant de quitter son poste le 20 janvier à midi : il pourrait ordonner – exiger, insister – que tous les renseignements classifiés et autres documents liés à l’origine de l’enquête sur la Russie/les élections soient déclassifiés et rendus publics immédiatement–sans être censurés», a écrit le chroniqueur Sheldon Richman.

Il n’a pas fallu longtemps pour que cette possibilité distincte attire l’attention des médias grand public et des services de renseignement qui sont depuis si longtemps en désaccord (ou même en “guerre”) avec le président. Réagissant spécifiquement à l’éviction du ministre de la défense Mark Esper lundi 9 novembre, l’ancien chef des espions de la CIA sous l’Administration Obama, John Brennan, a essentiellement demandé un coup d’Etat contre Trump avant le 20 janvier pour s’assurer qu’il ne déclassifie rien de sensible ou de trop révélateur :

Pres. Trump is « like a cornered cat…he’s going to lash out and the fact…that he has the powers of the presidency in his hands is quite worrisome. »

Dans une terrible interview lundi soir sur CNN, Brennan – lui-même responsable de l’alimentation des revendications du Russiagate, maintenant largement démenties, depuis le début de la présidence Trump – a effrontément exhorté le vice-président Mike Pence à prendre le pouvoir. Il a affirmé qu’en dépit du fait que Biden se prépare à passer à la Maison Blanche le jour de l’inauguration, dans deux mois, à ce stade, Trump est une menace pour la sécurité nationale. «Je suis très inquiet de ce qu’il pourrait faire pendant les 70 jours qu’il lui restent à passer au pouvoir», a déclaré Brennan dans l’édition de lundi de Cuomo Prime Time. «Va-t-il entreprendre une quelconque action militaire ? Va-t-il divulguer des informations qui pourraient, en fait, menacer nos intérêts de sécurité nationale ?»

Brennan est allé encore plus loin pour ajouter des détails sur ce que l’ancien chef espion de longue date souhaite voir se produire : «Si le vice-président Pence et le cabinet avaient une once de courage et de patriotisme, je pense qu’ils envisageraient sérieusement d’invoquer le 25è amendement et de mettre Donald Trump à la porte parce qu’il est très imprévisible maintenant», a-t-il conclu.

Et faisant référence à ce qui semble être une purge et un exode post-électoral suite à l’éviction ou à la démission de plusieurs hauts fonctionnaires d’agences fédérales depuis jeudi dernier, alors même que les votes étaient comptabilisés, Brennan a suggéré que cela faisait partie d’une conspiration de Trump pour compromettre la sécurité nationale.

«Si Mark Esper a été écarté parce qu’il n’écoute pas Donald Trump, qui exécute ces ordres, qui sait ce que son successeur, ce secrétaire intérimaire Chris Miller, va faire si Donald Trump donne un type d’ordre qui va vraiment à l’encontre de ce que je pense que nos intérêts de sécurité nationale doivent être», a déclaré Brennan.

Mais heureusement, peu de personnes au pouvoir sont susceptibles d’écouter John Brennan, compte tenu de son aigreur et de sa colère contre Trump, qui est clairement personnelle depuis longtemps.

John O. Brennan, le directeur de la CIA sous le président Barack Obama, a riposté jeudi au président Trump pour avoir révoqué son habilitation de sécurité. Il a qualifié de «foutaises» les affirmations du président selon lesquelles il n’y aurait «aucune collusion» avec la Russie dans l’ingérence de l’élection de 2016 et a fait valoir que le commandant en chef essayait de faire taire quiconque oserait le défier.

Ainsi, étant donné que Brennan appelle maintenant ouvertement et littéralement à un renversement illégal du président des États-Unis en exercice, Trump semble maintenant pleinement justifié d’avoir révoqué son habilitation de sécurité en premier lieu.

Lire L Article En Entier