Crise à l’USTG : Abdoulaye Sow prêt à la réconciliation

1 week ago 15

Le 11 janvier 2021, le secrétaire général de l’USTG-Conakry (Union syndicale des travailleurs de Guinée), Abdoulaye Sow, a indiqué chez nos confrères d’Espace Fm, être favorable à une sortie de crise. Il a laissé entendre que si c’est lui qui constitue le problème, il est prêt à quitter le navire syndical pour mettre fin à la division. «Mais s’il y a une autre personne qui constitue le problème, qu’elle accepte aussi de se remettre en cause ! Ce qui est plus important aujourd’hui, c’est que nous mettions nos égos de côté et que nous nous retrouvions en hommes responsables puisque les travailleurs nous regardent. Ce sont eux que nous défendons. Par conséquent, il faudrait qu’on se retrouve, qu’on se parle et qu’on s’accepte. Mais, l’autre partie ne veut pas entendre parler de réconciliation et il nous envoie au tribunal. Comment vous pouvez accepter d’être au tribunal et négocier ?». Allusion faite à son adversaire, Abdoulaye Camara, aussi élu secrétaire général de l’USTG à l’issue d’un congrès à Mamou.

En novembre dernier, à l’occasion du symposium à la mémoire de Louis M’bemba Soumah au Palais du peuple à Conakry, un vent d’espoir avait soufflé pour l’unification des factions syndicales guinéennes. Mais les choses avancent à pas de tortue. M. Sow a indiqué que «nous sommes prêts et nous avons déjà élaboré les TDR. J’ai préparé mes hommes pour que cette réconciliation ait lieu. Nous avons tendu la main depuis longtemps à ces hommes-là pour qu’on se retrouve, puisque c’est notre maison. Ce sont eux qui ont quitté la maison et nous avons demandé à ce qu’ils y reviennent, que l’on discute, qu’on compose un bureau consensuel pour jouer notre rôle et qu’on ne trompe pas les travailleurs. Moi, je ne suis pas là pour tromper les travailleurs mais pour jouer mon rôle.» Il affirme que la centrale qu’il dirige est déterminée à réconcilier le mouvement syndical guinéen.  

Cependant, le syndicaliste, élu secrétaire général de l’USTG en novembre à l’issue d’un congrès à Conakry, estime qu’il n’y a qu’une seule USTG, «celui convoqué par feu Louis M’bemba Soumah, l’ex secrétaire général de la centrale. Il était avec nous jusqu’à sa mort. Je persiste et je signe. Nous sommes aujourd’hui faibles pour des intérêts personnels ; et l’implication des cadres véreux nous a divisé», conclut-il.

Yaya Doumbouya

Lire L Article En Entier
Articles - News - SiteMap