CRIEF : « Je ne vais pas cautionner une parodie de justice à connotation politique », prévient Dr DIané

1 week ago
LES CHIMPANZÉS DE BOSSOU -GUINEE

Depuis que ses avocats ont suspendu leur participation, le procès pour détournement de deniers publics opposant le parquet spécial à l’ancien ministre de la Défense, Dr Mohamed Diané, reste toujours devant la chambre du jugement de la Cour de répression des infractions économiques et financières (CRIEF).

Conformément au motif de renvoi, il a été question à l’audience de ce lundi 13 mai 2024, de débattre sur la commission d’office d’avocats pour la défense du prévenu.

Dès le début, le président Yacouba Conté a fait savoir que le cabinet du bâtonnier, saisi pour la commission d’avocats d’office en faveur de Dr Diané, n’a pas répondu favorablement. Dans son courrier-réponse à la CRIEF, lu à l’audience, le bâtonnier Mamadou Diop note qu’il ne peut pas constituer d’autres avocats pour Mohamed Diané car ses avocats ne se sont pas déportés ni n’ont exprimé de refus dans cette affaire, mais ils ont juste suspendu leur participation.

« Les avocats de Dr Mohamed Diané n’ont ni déposé, ni signifié de formalité de déport pour mettre fin à leur constitution ni exprimé leur refus de participer au procès. Dès lors, en l’absence de preuves de ces faits, nous ne saurions commettre d’office des avocats en remplacement des confrères actuellement constitués par l’accusé« .

Dans ses observations, le ministère public s’est dit surpris de la décision du bâtonnier. Car, estime-t-il, « leur démarche (les avocats de la défense) est de nature à entraver cette procédure. C’est pourquoi, il (le bâtonnier) devrait commettre d’office des avocats pour le prévenu. Il aurait dû normalement exécuter cette décision« , a déploré le substitut Malick Marcel Oularé.

Pour le représentant de l’Agent judiciaire de l’État, « le bâtonnier a bien fait de ne pas constituer d’autres avocats. Et on ne peut pas reprocher au bâtonnier de ne pas avoir agi, car les avocats de Diané ne se sont pas déportés. Monsieur Diané veut prendre ce procès en otage, je vous prie monsieur le président d’ordonner la continuation des débats. Si vous ordonnez la continuation des débats, vous verrez que c’est Dr Diané lui-même qui va demander à ses avocats de revenir« , a lancé Me Baben Camara.

À la barre, Dr Mohamed Diané a martelé qu’il ne cautionnera en aucun cas une parodie de justice à des fins politiques. « Le bâtonnier a bien précisé la non-exécution de la décision de la Cour de justice de la CEDEAO et celle de la chambre spéciale de contrôle de l’instruction de la CRIEF et tant que ces décisions ne sont pas respectées, je n’ai rien à dire. Je ne vais pas cautionner une parodie de justice à connotation politique« .

C’est ainsi que l’affaire a été renvoyée au 27 mai prochain, toujours pour la commission d’office d’avocats pour la défense du prévenu, placé sous mandat de dépôt depuis avril 2022.

Read Entire Article
Articles - News - SiteMap