Crief: Dr Diané absent pour “raisons de santé”, Aly Touré crie au refus de comparaître

1 week ago
LES CHIMPANZÉS DE BOSSOU -GUINEE

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous maintenant.

Les débats dans l’affaire opposant le parquet spécial à l’ex-ministre de la Défense du régime déchu, le Dr Mohamed Diané, placé sous mandat de dépôt à la maison centrale de Conakry depuis avril 2022 qui devraient se poursuivre, ce lundi 08 juillet par devant la chambre du jugement de la Cour de répression des infractions économiques et financières (Crief) ont été finalement renvoyés au 10 juillet prochain pour la non présence du prévenu pour des raisons de santé.

À l’audience du jour, le président de la chambre du jugement, Yacouba Conté, a déclaré que le prévenu qui a opté pour le silence à la barre  pour exiger l’exécution des décisions relatives à sa remise en liberté provisoire qui lui a été accordée par la 2ème chambre de l’instruction de la crief et la cour de justice de la Cedeao a écrit à la cour pour dénoncer les violations de ses droits.

Interpellé par la cour pour se prononcer sur ce courrier adressé par le prévenu, le procureur spécial près la crief, Aly Touré a dit: » ce courrier est un non évènement pour nous parce que c’est une offense à la justice guinéenne. Ce n’est pas Dr Mohamed Diané de dire qu’on a violé ses droits, il a refusé de parler. Et, c’est lui qui a demandé à ses avocats de suspendre leur participation au procès. De qui il veut se moquer ?. Il dit qu’il est malade,  mais Il est absent, c’est parce qu’il a refusé d’être extrait. Il n’est pas malade, il est sain et sauf. Seulement il est dans sa logique ».

Il a par ailleurs sollicité de la cour le renvoi de l’affaire au mercredi prochain pour les réquisitions et plaidoiries.

Un avis partagé par le représentant de l’Agent judiciaire de l’Etat, Me Pépé Antoine Lama.

Une demande des parties qui n’a pas été entièrement prise en compte par la cour présidée par Yacouba Conté qui a renvoyé l’affaire au mercredi 10 juillet prochain pour la présence du prévenu et la suite des débats.

Lors de l’audience dernière, l’ex gardien du temple du régime Condé, poursuivi pour des faits présumés de détournement de deniers publics répondait aux questions avec ces termes: »

Je ne sais pas, je n’ai rien à dire ». Et, la cour avait ordonné l’identification de tous les biens mis en son nom mais également au nom de sa femme et de ses enfants.

Elisa Camara

+224654957322

Read Entire Article
Articles - News - SiteMap