Crief- Damaro s’enflamme à la barre : “l’objectif est de me maintenir en prison, et je suis prêt »

1 week ago
LES CHIMPANZÉS DE BOSSOU -GUINEE

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous maintenant.

Le procès dans l’affaire de détournement des 15 milliards de francs guinéens opposant le parquet spécial à l’ex-président de l’Assemblée nationale du régime déchu, Amadou Damaro Camara et Cie s’est poursuivi, ce mercredi 15 mai 2024 par devant la chambre du jugement de la Cour de répression des infractions économiques et financières (Crief).

Au cours de l’audience du jour, le président de la 9ème législature qui accuse l’agent judiciaire de l’état, partie civile au procès, de vouloir retarder la procédure s’est enflammé.

Tout est parti quand le dernier président de l’assemblée nationale du régime Alpha Condé a sollicité son retour à la barre après le passage des témoins à savoir le directeur financier et comptable, Sâa Leno et Aïssatou Diallo, trésorière du conseil national de la transition (CNT). Ils occupaient tous les deux les mêmes fonctions lors de la présidence de Damaro à l’assemblée nationale.

Après quelques explications sur le fonctionnement du budget de l’assemblée nationale données à la Cour par Damaro, le représentant de l’agent judiciaire de l’Etat, Me Amadou Baben Camara a demandé à son tour à la cour de demander au prévenu de communiquer ses relevés bancaires. Car, selon l’avocat, Damaro est poursuivi aussi pour enrichissement illicite donc il est fort probable qu’il ait des comptes de mine d’or. Chose qui n’a pas du tout plu à Damaro qui a haussé le ton en ces termes : »ça serait une violation flagrante de nos droits, c’est la première fois qu’on juge un président de l’Assemblée nationale pour la gestion de fonds de l’assemblée dans l’histoire de l’ humanité. A défaut de preuve, ils (partie civile) sont dans les alibis. Ces comptes sont gelés depuis deux (2) ans et c’est maintenant qu’on se rappelle qu’il y a des comptes après deux ans d’incarcération. L’objectif est de me maintenir en prison et je suis prêt. J’ ai été détenu pour d’autres raisons (…). On m’ a demandé ici à cette barre combien j’ ai dans mes comptes et j’ avais dit que j’ai un compte à UBA sur lequel, il y a un montant de 2 millions de francs guinéens et 350 millions de francs guinéens sur mon compte Bicigui. Moi, je ne cache rien. Enrichissement illicite, j’ai quitté l’administration, il y a 40 ans et je n’ai jamais géré une régie guinéenne. En quoi je vais m’ enrichir illicitement? On parle de corruption, j’ai été corrompu à quelle occasion? Quand même, soyons sérieux c’est la justice ça et c’est le miroir du pays. 

C’est 18 mois après on demande les comptes. Encore, il faut faire l’enquête avant d’ incarcérer. Vous avez incarcéré avant de chercher des preuves. C’est ça la réalité ».

Finalement, l’affaire a été renvoyée au 27 mai prochain pour la suite des débats et la comparution de l’ancien questeur Michel Kamano.

A rappeler que Amadou Damaro Camara, hospitalisé à l’hôpital de l’amitié sino-guinéenne depuis 17 janvier 2023, est poursuivi en compagnie de Michel Kamano, ex-1er questeur de l’assemblée nationale, Zenab Camara, ex-2ème questeure de l’assemblée nationale et le patron des tours siamoises de Kakimbo Cheng Jiin-Suey alias Kim pour des faits présumés de détournement de deniers publics portant sur un montant de 15 milliards de francs guinéens destinés à la construction du nouveau siège de l’Assemblée nationale sis à Koloma.

Elisa CAMARA

Read Entire Article
Articles - News - SiteMap