» J’ai eu la chance de discuter longuement avec lui (Alpha Condé) quand il y a eu l’attaque chez El Hadj Sekhouna à Tanènè. Je lui ai dit qu’au temps du Président Lansana Conté, il n’y avait pas cela. Lui il disait Fori ou Momba ou comme tu ( il parle à Damaro) le disais, Kabila… » , a dit Mamadou Sylla qui a poursuivi en disant que c’est la politique qui a amené le mot Sotikhèmo.  » Et je crois que c’est le Président ( Alpha Condé ) qui a entretenu ça. Il n’y avait pas ça avant. Je lui ai carrément dit que le Président Conté n’avait pas entretenu ça… », a-t-il continué.

Pour Mamadou Sylla, si on doit maintenir les coordinations, il faudrait que ce soit un groupe par région.  » Aujourd’hui, il y a beaucoup de tête…chez nous (en Basse Guinée), il y en a au moins 7, il y en a deux à N’Zérekoré et plusieurs dans chacune des autres régions »,  a dit Mamadou Sylla.