Coopération sino-guinéenne : Des diplomates chinois échangent avec des journalistes guinéens

1 week ago
LES CHIMPANZÉS DE BOSSOU -GUINEE

Dans un effort visant à approfondir les liens diplomatiques et médiatiques entre la République populaire de Chine et la Guinée, un Forum sur la coopération sino-guinéenne à l’occasion de l’an 65 des relations bilatérales entre les deux pays, a été organisé le mardi 14 mai au siège de l’ambassade chinoise à Conakry. L’événement a été marqué par des discussions approfondies sur l’état actuel et les perspectives des relations entre les deux nations, ainsi que sur le développement d’une communauté d’avenir partagé pour l’humanité.

Le ministre conseiller près l’Ambassade de Chine en Guinée, Cai Liang, a souligné l’importance historique des liens entre la Chine et l’Afrique, en mettant en lumière la profondeur des relations entre Pékin et Conakry, qui remontent à 65 ans. Dans son discours, il a déclaré que « la Chine et l’Afrique sont toutes deux des berceaux de la civilisation humaine. Avec des échanges remontant loin dans l’histoire, la Chine et l’Afrique ont noué une amitié traditionnelle profondément ancrée. »

Il a rappelé que cette amitié remonte au quinzième siècle, lorsque des navires marchands chinois de la dynastie Ming ont atteint les côtes africaines, marquant ainsi le début de l’histoire des échanges amicaux entre la Chine et l’Afrique sur la base de l’égalité et du bénéfice mutuel. Il a ensuite mis en avant le rôle précurseur de la Guinée en tant que premier pays d’Afrique subsaharienne à établir des relations diplomatiques avec la Chine, soulignant que la Guinée a toujours été un partenaire fidèle et fiable pour la Chine sur le continent africain.

« Depuis la fondation de la Chine nouvelle, à la lumière du principe d’une seule Chine, la coopération sino-africaine a connu des succès historiques, ce qui a changé la physionomie de l’Afrique et a poussé la communauté internationale à accorder plus d’attention à l’Afrique. Premier pays d’Afrique subsaharienne à établir des relations diplomatiques avec la Chine, la Guinée reste fidèle au principe d’une seule Chine et a toujours été un bon ami, un bon frère et un bon partenaire sur lequel la Chine peut compter en Afrique. Depuis l’établissement de leurs relations diplomatiques, la Chine et la Guinée se sont toujours respectées mutuellement, se sont soutenues l’une l’autre et se sont traitées sur le même pied. Les relations bilatérales ont toujours connu un développement sain, devenant un modèle des relations entre la Chine et les pays africains », a-t-il affirmé.

Le ministre conseiller a également mis en lumière les succès de la coopération sino-guinéenne, notamment dans les domaines des infrastructures, de l’énergie, de la santé, de l’éducation et de la culture. Il a cité des exemples concrets tels que la construction du Palais du peuple, de l’Hôpital de l’amitié sino-guinéenne, ainsi que des projets routiers et énergétiques majeurs tels que les centrales hydroélectriques de Kaléta et de Souapiti, qui ont grandement contribué au développement économique et social de la Guinée.

Par ailleurs, Cai Liang abordé les défis actuels auxquels la Chine est confrontée sur la scène internationale, notamment les préoccupations concernant la politique de « l’unique Chine » et la question sensible de Taïwan. Il a réaffirmé la position de la Chine sur ces questions et appelé à la coopération internationale dans le respect des principes de confiance mutuelle et d’égalité : « Actuellement, la reprise économique mondiale est faible, les conflits géopolitiques s’intensifient, le protectionnisme gagne du terrain, les grands changements inédits depuis un siècle dans la situation mondiale s’accélèrent, et le monde est entré dans une nouvelle période de turbulences et de transformations. Certains pays ont de graves préjugés à l’égard de la Chine, craignent son développement, s’ingèrent dans les affaires intérieures de la Chine, et cherchent à endiguer la Chine en étendant la notion de sécurité nationale. Sur la question de Taïwan, des pays extrarégionaux n’ont cessé de provoquer des troubles et de proférer des propos prônant ‘’l’indépendance de Taïwan’’, ce qui menace gravement la paix et la sécurité régionales. Il n’y a qu’une seule Chine dans le monde et Taïwan est une partie inaliénable du territoire chinois. Ce principe, universellement reconnu par tous les pays, y compris la Guinée, constitue une condition politique préalable à leur coopération avec la Chine. »

Enfin, le ministre conseiller a souligné l’engagement de la Chine envers la construction d’une communauté d’avenir partagé pour l’humanité, proposée par le président Xi Jinping. Il a mis en avant les trois initiatives majeures de la Chine dans ce domaine, à savoir l’Initiative pour le développement mondial, l’Initiative pour la sécurité mondiale et l’Initiative pour la civilisation mondiale, qui visent à promouvoir un monde multipolaire, une mondialisation économique inclusive et un dialogue interculturel.

Le Forum sur la coopération sino-guinéenne a été une occasion précieuse pour renforcer les échanges entre les diplomates chinois et les professionnels des médias guinéens. Cai Liang a souligné l’engagement continu de la Chine envers la Guinée et l’Afrique, ainsi que sa détermination à promouvoir la paix, la stabilité et le développement dans la région et au-delà.

Read Entire Article
Articles - News - SiteMap