Conflit domanial: plusieurs familles déguerpies, à Coléah Lansébounyi

2 weeks ago
LES CHIMPANZÉS DE BOSSOU -GUINEE

Un conflit domanial de plusieurs années a abouti au déguerpissement de nombreuses familles ce vendredi 20 janvier à Coleah Lansébougni dans la commune de Matam. 

Selon les informations recueillies sur place, depuis plusieurs années, ces occupants sont opposés à une locataire  qui se réclame propriétaire du domaine.

Par ailleurs, c’est aux environs de 05h du matin que ces familles ont reçu la visite inopinée des forces de l’ordre  pour faire libérer les lieux. Chose qui a engendré des violences entre déguerpis et et les forces de sécurité. 

Djibril Sylla revient sur les circonstances de l’affrontement : «c’est vers 5h à 6h du matin que nous avons vu un groupe de policiers dans leur pick-up. Il y a avait 3 pick-ups et ils se sont mobilisés pour rentrer chez nous et on s’est opposé, on leur a demandé ce qu’ils sont venus faire ici, ils ont répondu qu’on les a envoyés. Sans nous dire qui les a envoyés ».

Dans le même sillage, notre interlocuteur nous signifie que cet acte n’est pas une première concernant leur habitation et accuse dame Tariatou Keita de leur malheur.

 » C’est la dame en question Hadja Tariatou Keita une locataire. Pour l’histoire, mon grand-père feu Moussa Sylla n’a jamais accepté que la dame loge ici et c’est ainsi que les sages du quartier se sont réunis pour venir parler au vieux. Et finalement il était obligé de céder et c’est à la suite de ça elle a été logée chez nous. Elle brandit toujours un document soi-disant que c’est pour elle, alors que le document là est u. faux document », soutient Djibril Sylla.  

Déterminée, Bountouraby Sylla, elle, interpelle les autorités sur ces conflits domaniaux.

« Nous interpellons Mamadi Doumbouya, ainsi que  Charles Wright[..] qu’ils vérifient bien cela, tout le monde mourra et sera jugé le jour du jugement à l’au-delà. Ils nous jugent aujourd’hui mais ils mourront aussi et seront également jugés. Donc ici c’est chez nous et nous mourrons ici, s’ils amènent des bulldozers pour démolir , là ils marcheront sur nos corps », prévient Bountouraby sylla .

Entre-temps, nous apprenons sur place que ce conflit domanial est pendant  devant le Tribunal de Mafanco.

Mayi Cissé

Lire l article complet
Articles - News - SiteMap