Conakry : un nouveau déguerpissement annoncé dans la commune de Ratoma…

6 days ago 14

CONAKRY-Après Kaporo rails, Dar-es-Salam, Kipé 2, les autorités guinéennes envisagent un autre déguerpissement dans la commune de Ratoma. Dans leur ligne de mire, de nombreuses habitations et lieux de commerces situés à Hamdallaye Kakimbo.

Un coup dur pour les concernés. C'est le cas de ce père de famille que nous avons rencontré ce mercredi 13 janvier 2021. Thierno Mamadou Djouma Barry risque d’enregistrer des pertes énormes après avoir vécu 13 ans dans ce secteur. Visage décrispé, M. Barry appelé communément ‘’ Maoudo Laye’’ ne sait plus où donner de la tête depuis l’annonce de cette nouvelle. Assis devant son conteneur rempli de marchandises, il affirme qu’il a reçu un avertissement de quitter les lieux.

 « Ils sont venus marquer tout ici, en nous montrant qu’ils sont avec le Chef de quartier de Hamdallaye. Nous devons quitter dans 3 jours. Je vends des sacs de riz, des bidons d’huiles et autres marchandises. Si on nous déguerpi ici, je ne pourrai estimer les pertes que je vais enregistrer parce que je ne sais pas où aller. C’est vraiment difficile », s’est lamenté Monsieur Barry qui interpelle le président Alpha Condé.

« Nous supplions le gouvernement d’avoir pitié de nous à cause de Dieu. Si nous quittons ici, nous allons souffrir avec nos familles.  Nous demandons de l’aide au Président Alpha Condé », a-t-il plaidé.   

Raison du déguerpissement…

Interrogée, une mère de famille qui réside depuis 20 ans dans ce secteur, explique que leurs habitations seraient dans le tracée d'une route.

« Le responsable du quartier nous a dit que l’Etat veut construire une route à deux voies ici. C’est pourquoi on demande aux gens de quitter... On va nous faire souffrir. Nous demandons de l’aide au gouvernement. C’est les responsables locaux qui nous ont donné ces lieux pour y rester. Nous avons construit nos maisons et on n’a pas où aller », a regretté Mme Diallo. 

Lire aussi-Plateau de Koloma : Une occupation "suspecte" des zones déguerpies…

Très inquiet de cette situation, Kaba Traoré machiniste a exprimé le risque de perdre plusieurs millions de francs guinéens. Selon lui, c'est toute son activité qui risque d'être freinée par ce déguerpissement annoncée.

« Je pile le maïs, le manioc et autres. Un jour, on a vu les gens venir mesurer la route. Le plan qu’on nous a montré, c'est une route à deux voies. Présentement, on nous dit que c’est tout le monde qui doit quitter. Ils ont déjà délimité la route avec des bornes. Je me préparais pour le mois de Ramadan, parce que je gagne pendant cette période entre 8 à 9 millions chaque année.  Je gagne beaucoup d’intérêts ici. C'est avec ça que j’arrive à nourrir ma petite famille et j’ai un projet similaire à Siguiri. Je demande à l’Etat d’avoir pitié de nous. Nous sommes dans la misère et si on nous déguerpi, ce n’est pas bon. Tous les domaines appartiennent à l’Etat, mais on doit nous dédommager au moins », a sollicité Mr Traoré.

Même cri de cœur chez ce garagiste, Mamoudou Diallo qui est inquiet. Selon lui, il arrivait à subvenir aux besoins de sa famille à travers ce garage. Selon nos informations, le marché de Kakimbo a été déjà victime de déguerpissement dans les années précédentes. Du côté des autorités locales, nous nous sommes rendus chez le Chef secteur du marché Kakimbo mais il n’a pas souhaité commenter le sujet.

Affaire à suivre…

Bah Aissatou

Pour Africaguinee.com

Tél : (+224) 655 31 11 14

Lire L Article En Entier
Articles - News - SiteMap