Conakry-Trafic de coke : le monténégrin, la vedette, les 3 guinéens et la BAC…

2 weeks ago 20

CONAKRY-La Guinée est-elle devenue une plaque tournante du trafic de cocaïne ? La question vaut son posant d'or. D'autant plus que ces deux derniers mois, l'un des sujets phares ayant dominé l'actualité en Guinée, concerne des saisies rocambolesques de la drogue dure. Face à l'ampleur du phénomène, les autorités judiciaires se sont impliquées pour démanteler le réseau. Un parquet de Conakry a déjà émis un mandat d'arrêt contre quatre individus, alors que plusieurs hauts responsables sécuritaires (des unités de la BAC) sont arrêtés pour des fins d'enquête.

Comment en est-on arrivé-là ?

Les premiers éléments étayés par le procureur de Dixinn montrent l'implication présumée de plusieurs individus dont un monténégrins, trois guinéens dont un diaspo établi en France. Selon nos informations, c’est à la suite d’une dénonciation que la Brigade anti-criminalité n°10 de Sonfonia a, le 04 janvier 2021 aux environs de 17 heures, découvert 177 plaquettes de cocaïne, drogue à haut risque, dans la cuisine d’une résidence située, au bord de la mer à Nongo, dans la commune de Ratoma.

Transportée, dans un premier temps, à la base de la Bac 10 qui avait procédé à la saisie, la drogue a été ensuite acheminée à la Direction générale de la police nationale (DGPN) avant d’être mise à la disposition de la Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ) pour des investigations approfondies, explique une note du procureur de Dixinn, consultée par Africaguinee.com,.

"Ayant reçu, le 14 janvier 2021, un avis d’information et un ensemble de pièces de procédure  de service d’enquête judiciaire, le parquet a, aussitôt, par réquisitoire introductif d’instance pénale saisi le doyen des juges d’instruction de présomptions graves d’une part, d’importation et de transport international de 177 plaquettes de cocaïne contre un ressortissant du Monténégro, faisant l’objet déjà d’une notice de recherches de la police internationale (Interpol) et, d’autre part, de complicité de fourniture de moyens pour l’importation et le stockage des 177 plaquettes de cocaïne dans une résidence à Nongo contre trois autres personnes de nationalité guinéenne, dont l’une demeurant en France et les deux autres domiciliées au quartier de Nongo", lit-on sur la note.

Lire aussi-Tunis : deux passagers en provenance de la Guinée arrêtés avec plus de 2368 g de coke

Le procureur Sidy Souleymane Ndiaye a annoncé avoir requis des mandats d’arrêt contre les quatre personnes soupçonnées d’avoir participé à ce trafic de drogue. Il a, par ailleurs, indiqué l’interpellation, grâce aux enquêteurs de la DCPJ, d’un des résidents de Nongo qui, actuellement, est placé en détention provisoire. La vedette ayant servi au transbordement de la cocaïne et la résidence où la drogue a été entreposée, sont sous la main de justice.

Une commission rogatoire a été délivrée aux officiers enquêteurs de la direction centrale de la police judiciaire, de l’Office centrale anti-Drogue, de la Section de Recherches-PM3, de la Douane et de la Préfecture maritime à l’effet de procéder à des visites domiciliaires, des perquisitions, des saisies et autres interpellations de toutes personnes soupçonnées d’avoir participé en qualité d’auteurs ou coauteurs ou complices à l’importation, au transport et au stockage des 177 plaquettes de cocaïne. Le doyen des juges d’instruction a ordonné d’entendre toutes personnes, en particulier, les responsables de la coordination des BAC et les agents de la BAC 10 qui ont participé à la saisie de la drogue, le mardi 05 janvier 2021 à Nongo. La cocaïne saisie est actuellement placées sous scellé.

L’affaire qui vient d’exploser éclabousse les services de police et de gendarmerie. Plusieurs officiers de la Brigade anti-criminalité, sont aux arrêts, alors que les enquêtes se poursuivent. Puisque les autorités se seraient rendues comptent que la saisie qui a été présentée ne constitue qu'une goutte d'eau. C'est la face cachée de l'iceberg, comme dirait l'autre. D'où la délivrance de la commission rogatoire aux officiers enquêteurs qui doivent désormais réunir tous les éléments du labyrinthe pour démanteler le réseau.

En Guinée, les narcotrafiquants ont été chassés par la junte militaire de 2008 dirigée par Moussa Dadis Camara, qui avait à l'époque déclenché une vaste opération contre le phénomène.

Dossier à suivre…

Abdoul Malick Diallo

Tel : Africaguinee.com

Tel : (00224) 669 91 93 06

Lire L Article En Entier
Articles - News - SiteMap