CONAKRY : les activités économiques toujours perturbées

3 weeks ago 24

La ville de Conakry ne retrouve toujours pas son ambiance habituelle. Nos constats s’étendent sur plusieurs aspects de la vie dans la capitale guinéenne. Sur le plan économique, les activités sont dans un état très regrettable. Tout au long des deux grandes routes : l’autoroute le prince et celle Fidel Castro, toutes les grandes boutiques et magasins sont fermés. Les conséquences sont immédiates et impactent énormément la vie des citoyens. En terme d’impact, on peut citer la hausse des prix des denrées de premières nécessités. L’économie du pays paie les frais.

Les commerçants, quant à eux, ne comptent pas reculer face aux différentes pertes subies dans les manifestations politiques. Malgré les appels des autorités à l’ouverture des lieux de négoces, pour l’instant rien n’a fait fléchir ces hommes de marchés.

D’ailleurs, après la sortie médiatique de certains responsables de communes, notamment celui de Matoto, cela semble ‘’irriter’’ les commerçants. Une situation qui n’est pas de nature à calmer la situation, analysent certains observateurs. « Je vous dirai tout simplement que le maire est insignifiant dans cette affaire. Nous n’avons pas à faire à un maire. Nous avons à faire aux menaces d’Alpha Condé lors de sa campagne électorale. Il a menacé les opérateurs économiques et il a mis sa menace en exécution. Je dirai à tous les opérateurs économiques, plus particulièrement ceux de Matoto et partout dans le pays de ne pas écouter un maire ou un préfet », a retorqué Abdallah Chérif, le président du Groupe organisé des hommes d’affaires (GOHA).

Les séquelles des dernières violences sont encore visibles : boutiques vandalisées çà et là, parcs automobiles calcinés dans certains quartiers, des maisons brulées parfois avec tout leur contenu. « A partir du moment où le premier responsable du pays a menacé les opérateurs économiques, nous ne voyons pas qui peut dire autre chose. Nous ne croyons en personne. Où était le ministre ? Où était le gouvernement ? Parfois, les boutiques sont attaquées devant les forces de l’ordre. Restons solidaires et maintenons le cap jusqu’au bout », a ajouté Abdallah Chérif.

Au vu de l’interprétation que certains font de cette fermeture de boutiques, tout en liant cet acte à la politique, le président du GOHA se montre amère : « Nous avons le droit de nous mêler à la politique si on veut. Ou bien la politique est faite seulement pour les petits chômeurs patentés ou des chômeurs chroniques ? J’invite tous les opérateurs à faire la politique (…) Le président des Etats-Unis est un homme d’affaires comme moi, comme d’autres ».

Les conséquences de ce violences post-électorales n’ont pas été seulement la destruction de biens matériels, des pertes en vie humaines ont été aussi enregistrées dans la ville de Conakry et certains endroits de l’intérieur du pays. Elles ont fait une trentaine de morts, selon l’opposition.

Aliou Diallo

Lire L Article En Entier
Articles - News - SiteMap