Conakry: ECOBANK et le ministère du Commerce organisent le Forum économique ZLECAF

2 weeks ago
LES CHIMPANZÉS DE BOSSOU -GUINEE

A l’initiative du Groupe Ecobank, en synergie avec le ministère du Commerce, de l’Industrie et des PME, s’est tenu le forum Forum économique ZLECAF. Une occasion unique pour les opérateurs économiques guinéens de mieux comprendre les avantages qu’offre la Zone de libre-échange continental de l’Afrique. L’objectif vise à créer un espace d’échanges commerciaux au sein du marché unique.

Dans son discours de bienvenue, le Directeur du département commercial en charge des PME et du réseau des agences a indiqué que les exportations intra-africaines représentent 16% du commerce extérieur des pays africains contre 55% en destination de l’Asie, 49% vers l’Amérique du Nord et 63% envoyés dans l’Union européenne.

Partant de cette réalité,  M. Robert Tédouno a dit qu’il reste ainsi évident que les échanges commerciaux entre les pays africains sont très limités. Cela, malgré les immenses potentialités dont dispose le continent.

“Aussi, il n’y a d’intérêt à disposer de potentiel économique que si cela est transformé en opportunité de croissance et de développement. En ce sens, et dans le but de permettre aux opérateurs économiques africains de saisir les opportunités qu’offre la ZLECAF, le Groupe ECOBANK , dans sa vision de banque panafricaine, a créé une plateforme informatique qui vise à mettre en relation les acteurs économiques à l’effet de promouvoir et de booster le commerce intra-africain. Ladite plateforme est gratuite, sécurisée, facile d’accès et d’exploitation et destinée à tous les opérateurs économiques débutants ou établis de longue date en Afrique. Elle n’est donc pas réservée qu’aux seuls clients d’Ecobank”, a-t-il expliqué.

Pour sa part, le Directeur Général du Service des Déclarations Descriptives d’Importation et d’Exportation (DDI – DDE) a rappelé que cette initiative du Groupe ECOBANK  vise à appuyer le développement du commerce intra-africain.

Pour M. Jean Claude Traoré, les enjeux sont importants, en ce sens que dans l’agenda 2063 de l’Union africaine, l’accent est mis  sur les échanges intra-africains pour le développement.

“Donc, le ministère du Commerce, de l’Industrie et des PME a sa place dans le développement de ce commerce. D’où la co-organisation avec le Groupe ECOBANK pour appuyer nos opérateurs économiques afin de trouver leur place sur ce vaste marché qui va voir le jour bientôt.  Les opportunités sont illimitées. Parce que ce qui freine le commerce, c’est ce qui va être levé désormais. C’est-à-dire qu’il n’y aura plus de frontières, plus de barrières. Quand vous êtes le meilleur, vous êtes libre d’aller vendre où vous voulez, partout en Afrique. Mais ces opportunités ne sont pas gratuites : il faut mériter.  Pour conquérir les autres marchés, il faut des questions de compétitivité surtout en matière de maîtrise de coûts et de qualité des produits”, a soutenu le Directeur Général du Service des Déclarations Descriptives d’Importation et des Déclarations Descriptives d’Exportation (DDI – DDE).

Prenant la parole, le Directeur Général d’Ecobank-Guinée a tout d’abord évalué l’enjeu de cette initiative comme l’essence même de la croissance économique en Afrique et du développement durable.

Poursuivant, M. Diawadou Bah dira qu’Ecobank est née de la volonté des chambres de commerce de la Zone UEMOA pour faciliter les opérations économiques entre opérateurs, au sein de cette zone.

“Et naturellement, notre ADN est de pouvoir faciliter cette intégration économique. La banque a été bâtie. Aujourd’hui, nous avons une couverture en Afrique de 33 pays. Mais il ne suffit pas simplement de créer 33 filiales dans. 33 pays : il faut pouvoir faciliter les opérations entre les acteurs économiques au sein du continent. Et c’est à cet effet que nous avons créé une plateforme unique ouverte et disponible à la fois pour les clients d’Ecobank mais aussi pour tous les clients en Afrique. Et la beauté de cette plateforme, c’est qu’elle permet aux importateurs et aux exportateurs qui, en se connectant gratuitement, de voir tous les autres opérateurs économiques qui produisent ou qui fournissent les besoins qu’ils obtenaient auparavant de l’Europe, de l’Asie ou de l’Amérique. Nous passons à une étape supérieure. Il ne s’agit pas simplement de financer les opérateurs économiques, mais il s’agit de leur ouvrir de nouveaux débouchés pour pouvoir booster la croissance et les économies des différents pays, en particulier l’économie guinéenne”, a motivé le Directeur Général d’Ecobank-Guinée.

C’est la Ministre du Commerce, de l’Industrie et des PME qui a présidé la cérémonie. Dans son adresse, Dre Diaka Sidibé s’est déclarée heureuse de présider ce forum réunissant l’éminence économique et financière du pays, afin d’échanger et d’accélérer la préparation de l’avènement de la Zone de Libre échange Continentale Africaine (ZLECAF).

Pour Dre Diaka Sidibé, ce forum économique suscite de l’espoir, soulève des interrogations et entretient des craintes qui doivent être dépassées, permettant ainsi d’aller vers la transformation des perspectives en des actions concrètes et mutuellement bénéfiques.

“La co-organisation du forum sur la promotion du commerce intra-africain initié par le Groupe ECOBANK et le Ministère en charge du Commerce à travers le Service des Déclarations Descriptives d’Importation et des Déclarations Descriptives d’Exportation (DDI-DDE)  aboutira à la création d’une plateforme permettant ainsi au commerce de l’Afrique de se développer, ce qui me comble de joie”, a-t-elle placé.

L’opérateur économique Thierno Mamadou Dansoko, PDG de l’entreprise EDACOM, a pris part à ce forum. Il s’est déclaré intéressé à plus d’un titre par cette plateforme d’autant plus qu’elle met en relation les opérateurs économiques des différents pays de l’Afrique.

“Donc, c’est extrêmement important pour nous, parce que si vous évoluez dans un domaine, c’est très facile pour vous d’avoir accès à d’autres personnes ou à d’autres entreprises qui font la même chose que vous dans d’autres pays, sans se déplacer, sans avoir beaucoup de difficultés. Donc, ça vous permet de faire des échanges interafricains fructueux et en un temps record”, a dressé M. Dansoko.

Read Entire Article
Articles - News - SiteMap