Conakry-Bissau : La réouverture des frontières n’est pas pour demain

2 weeks ago 22

Depuis l’arrivée au pouvoir d’Umaro Sissoco Embaló, les relations entre la Guinée et la Guinée-Bissau sont loin d’être un fleuve tranquille. Le Président bissau-guinéen et son homologue guinéen ne s’apprécient guère. Le général, n’a pas digéré le ‘’soutien apporté’’ par Alpha Condé à son challenger pendant la présidentielle en Guinée-Bissau. A cette brouille, s’est greffée la décision unilatérale de Conakry de fermer les frontières avec le Sénégal, la Sierra-Léone et la Guinée-Bissau, à la veille de la présidentielle du 18 octobre 2020, pour des raisons sécuritaires. Si la Sierra-Léone a accepté de se plier aux exigences de Conakry pour rouvrir les leurs, le Sénégal et la Guinée-Bissau campent sur leurs positions, qui se sont toutefois beaucoup rapprochées ces derniers jours, notamment entre Conakry et Dakar.  L’Assemblée nationale guinéenne a ratifié ce 4 juillet, un accord de coopération militaire et technique avec Dakar qui devrait déboucher sur l’ouverture des frontières entre les deux pays. Umaro Sissoco Embaló, lui, reste inflexible, pas question de courber l’échine. Il l’a fait savoir, à l’occasion d’une visite à Bissau, du Président en exercice de la conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de la Cedeao, Nana Akufo-Addo : «Nous ne sommes pas des pays belligérants, non ! Je ne signerai rien, cette position est irréversible. Je n’ai pas fermé les frontières, alors pourquoi devrais-je signer leur réouverture ? Que ceux qui les ont fermées les rouvrent. La Guinée-Bissau ne fermera jamais ses frontières avec les Républiques sœurs de Guinée et du Sénégal».

Embaló reste tout de même favorable à un dialogue avec son aîné Alpha Condé, pour que les choses reviennent à la normale : «Je pense qu’il n’y a pas d’ennemis permanent, il y a des moments pour faire la guerre et il y a des temps pour faire la paix. Je n’ai jamais eu de problèmes avec le Président Alpha Condé». 

Akufo-Addo, lui, retient l’essentiel : «Je suis satisfait de la décision du président Umaro Sissoco Embaló de dialoguer avec son homologue guinéen à propos de l’ouverture de la frontière commune entre la Guinée et la Guinée-Bissau». Quand ? Qui vivra, verra !

Yacine Diallo

Lire L Article En Entier
Articles - News - SiteMap