Commémoration de l’an 52 des exécutions de plus de 80 guinéens: les parents des victimes réclament toujours justice.

1 week ago
LES CHIMPANZÉS DE BOSSOU -GUINEE

Les victimes ont mis l’occasion à profit pour attirer l’attention du CNRD sur la douleur des membres de l’association depuis plus de cinq décennies. Les conférenciers ont rappelé que la refondation devrait nécessairement déboucher sur le pardon qui ne saurait être possible qu’avec la justice. Et cette justice selon l’association, doit commencer par les crimes commis depuis l’indépendance, ceci pour passer l’éponge sur la douleur des victimes.

« Nous sommes en train de préparer une réaction pour la partie qui concerne la justice vis-à-vis de l’Etat guinéen. Nous sommes en train également de travailler là-dessus. Cela ne nous empêche pas de continuer à discuter avec les autorités. Chaque fois que nous avons une occasion, nous discutons nous posons nos problèmes», a confié le secrétaire exécutif, Abdoulaye CONTÉ.

 Cette date du 25 janvier 1971 qui rappelle des évènements douloureux, reste un élément incontournable dans l’histoire de la Guinée. Plus de 80 Guinéens, dont des hauts cadres, simples fonctionnaires, hommes d’affaires et militaires ont été pendus par le premier régime.

« Ce n’est pas exécuté quelqu’un qui est le problème c’est tout simplement énoncé tous ces faits-là. Ériger des stèles pour qu’on puisse se recueillir sur la tombe de nos parents. Je vais vous rappelez qu’en 1985, il y a eues des exécutions au moment du coup et vous savez où est-ce qu’ils ont amené toutes ces tueries du régime? Ils les ont amené a Kindia», a révélé Fodé MAREKA.

Bien que des actions allant dans le sens de la réconciliation tel que le dialogue instauré par le CNRD ont été menées, Alpha Telly Diallo, fils de Diallo Telly, laisse entendre, que » celle-ci (actions), ne sauraient être possibles tant que les victimes du premier régime ne sont pas rétablis dans leurs droits.

Lire l article complet
Articles - News - SiteMap