CNT : Désaccords entre politiques

2 weeks ago

LES CHIMPANZÉS DE BOSSOU -GUINEE

Le 22 novembre, les 15 places accordées aux coalitions politiques au Conseil national de la transition (CNT) ont été reparties. Si nombreuses de ces coalitions ont exprimé leur satisfaction, la Coalition des partis pour la rupture(CPR) dirigée par Faya Millimono, président du Bloc Libéral, a rejeté cette répartition. Le 23 novembre, Faya Millimono a fait savoir dans l’émission Mirador de FIM FM, que la répartition des 15 places devrait se faire sur la base des profils des représentants, pas sur celle d’une entité : « Il ne faut pas voir le problème simplement en terme de clé de répartition, parce que le risque est d’aller à la perception de la chose comme s’il s’agit d’un gâteau à découper et à se repartir. Il y a deux écoles de pensée qui s’affrontent ici. La première est celle qui met au devant l’intérêt partisan, la deuxième privilège l’intérêt général. Lorsqu’on a offert à la classe politique, 15 places, la CPR, le Bloc Libéral, nous avons dit le focus doit être sur le profil des hommes et des femmes qui vont prendre la place de la classe politique. Si nous avons les meilleurs profils pour nous représenter, ils feront le travail qui leur sera demandé. Si nous ne mettons pas le focus sur cela, nous le porterons sur les entités à présenter. C’est ce qui nous a amenés effectivement à cette frustration. Au lieu de nous focaliser sur la qualité des hommes et des femmes qui doivent être au CNT, on cherche à savoir qui doit représenter quelle entité ?»

Aliou Bah, président du Mouvement démocratique libéral

Sur le même sujet, le président du Model (Mouvement démocratique libéral), Aliou Bah, a aussi réagi sur les mêmes ondes. Bien que la branche politique du FNDC ait bénéficié de deux places pour les 3 partis politiques, il pense que l’important est de composer l’institution et aller de l’avant: « Dans un tel contexte, avec ce qui se passe, on n’a jamais suffisamment ce qui peut nous convenir. Aujourd’hui, il faut savoir que ce qui est plus important, c’est d’aller de l’avant et faire en sorte que l’institution soit composée et que cela ne soit pas un facteur de blocage qui amène à faire trainer les choses ».

En ce qui concerne la répartition des deux places entre les trois partis politiques du FNDC, Aliou Bah indique que les discutions sont en cours.

Baïlo Diallo

Lire l article complet
Articles - News - SiteMap