Chérif Bah, Gaoual et cie bientôt fixés sur leur sort ? De nouveaux juges entrent en action

1 week ago 19

Ousmane Gaoual Diallo, Etienne Soropgui en compagnie de leurs avocats à la DPJ Ousmane Gaoual Diallo, Etienne Soropgui en compagnie de leurs avocats à la DPJ

CONAKRY-Après deux mois de détention à la maison centrale de Conakry, les responsables de l'Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG) arrêtés au lendemain de l'élection présidentielle seront bientôt situés sur leur sort.

Un collectif de trois juges vient d'entrer en action. Ces juges d'instruction prendront contact avec ces opposants dès la semaine prochaine. La rencontre est prévue le vendredi janvier 21, a-t-on appris. Cette prise de contact pourrait débucher sur le début des interrogatoires. A date, les difficultés logistiques qui avaient soulevées par le pool des juges ont été aplanies.

Lire aussi-Accusations de Saloum Cissé : la réplique très "amère" du parti de Cellou…

"Il y a une petite évolution parce que le collectif des juges d'instruction nous a adressé un courrier nous informant qu'ils voudraient prendre contact avec nos clients à la maison centrale. Bien avant l'annonce de cette démarche, il y avait quelques difficultés d'ordre logistique. Parce que le pool des juges d'instruction se plaignait de n'avoir pas un local approprié pour travailler, de n'avoir pas d'outils informatiques etc. Ces difficultés ont été aplanies. Le collectif des juges instruction va travailler dans l'enceinte du tribunal militaire. Vendredi prochain, le pool rencontrera nos clients afin de prendre contact avec eux. Je pense qu'à l'issue de cela, les interrogatoires vont commercer", a confié à Africaguinee.com, une source proche du dossier.

Arrêtés suite à une commission rogatoire émise par le parquet de Dixinn, Ousmane Gaoual Diallo, Cherif Bah, Cellou Baldé, Abdoulaye Bah, Etienne Soropogui sont accusé entre autres de "fabrication d'armes de guerre". Leur arrestation a suscité une levée de boucliers tant en Guinée qu'ailleurs. Plusieurs ONG de défense des droits humains ont qualifié leur arrestation et leur détention d'arbitraires. Des centaines de personnes croupissent en prison depuis la réélection du président Alpha Condé pour un troisième mandat.

A suivre…

Oumar Bady Diallo

Pour Africaguinee.com

Créé le Dimanche 10 janvier 2021 à 14:25


Version imprimableVersion imprimable
Lire L Article En Entier
Articles - News - SiteMap