Chasse aux sorcières : Le bal des auditions se poursuit à la DPJ

2 weeks ago 18

Après le vice-président de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) Chérif Bah, qui a été entendu hier, la suite des auditions se poursuit ce jeudi 12 novembre 2020 à la Direction centrale de la police judiciaire (DPJ), à Kaloum.

A en croire leur avocat, Me Salifou Béavogui joint par notre rédaction, l’ancien député uninominal de Labé, Cellou Baldé, le président du mouvement Nos valeurs communes et membre de l’Alliance nationale pour l’alternance démocratique (ANAD), Etienne Soropogui et Ousmane Gaoual Diallo, directeur de la communication de l’UFDG devaient se présenter à leur tour vers 10h GMT à la DPJ. 

Ce dernier avait déjà annoncé sur sa page Facebook mercredi qu’il se rendrait librement à la police judiciaire, ne se reprochant rien. Sur la piste du responsable des Stratégies du Front national pour la défense de la Constitution (FNDC), Sékou Koundouno, introuvable, une descente musclée des forces de l’ordre à son domicile est tombée sur sa femme, une nourrice. 

Violences post-électorales 

Tous ces opposants (politiques et de la société civile) sont poursuivis dans le cadre des violences post-électorales. « J’ai, sans désemparer, en application de l’article 47 du Code de procédure pénale, fait ouvrir une information judiciaire devant le cabinet du doyen des juges d’instruction contre X pour fabrication, acquisition, stockage, détention et usage d’armes légères et de guerre, de détention de munitions, de menaces et d’association de malfaiteurs, faits prévus et punis par les dispositions des articles 846 et suivants, 282 et suivants, 784 et suivants du Code pénal », a déclaré mardi Sidy Souleymane Ndiaye, procureur de la République près du tribunal de Dixinn.

Le pro-crieur d’ajouter que le magistrat instructeur a délivré une commission rogatoire à la DPJ pour entre autres, rechercher, interpeller les personnes soupçonnées d’avoir participé de près ou de loin à la commission des infractions sus-référencées. Si 78 personnes ont déjà été interpellées à cet effet, sont « activement recherchés », toujours selon Sidy N’Diaye, Ousmane Gaoual Diallo, Mamadou Cellou Baldé, Chérif Bah, Abdoulaye Bah, Etienne Soropogui, Sékou Koundouno, « qui ont proféré des menaces de nature à troubler la sécurité et l’ordre publics ».

Sidy Souleymane Ndiaye et Koundouno à couteaux tirés

Il faut déjà rappeler que Sékou Koundouno avait déjà des démêlées judiciaires avec le procureur Sidy Souleymane Ndiaye qu’il accuse de garantir l’impunité au Commissaire Fabou Camara, patron de la Direction centrale de la police judiciaire (DPJ) et au commandant Mohamed Lamine Simakan, responsable de la Brigade de Répression et d’Interpellation (BRI). Un mandat d’arrêt a été décerné contre ces deux officiers de police par le tribunal de Dixinn, suite à leur refus de comparaître pour répondre des faits de « violences volontaires, violation de domicile, destruction de biens, atteinte à la vie privée ». 

Les plaignants Sékou Koundouno et Ibrahima Diallo, responsable des opérations du FNDC accusent le procureur de la République d’entraver l’exécution de ce mandat d’arrêt et menacent de se retourner contre lui.

Lire L Article En Entier