Carburant toxique importé en Guinée?: « ce que je crois savoir, on m’a parlé d’essence, pas de gasoil, en tout cas pour l’instant »(Ousmane Keïta président UCG)

1 week ago
LES CHIMPANZÉS DE BOSSOU -GUINEE

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous maintenant.

En Guinée, depuis un certain temps, de nombreux utilisateurs d’engins qui tournent à l’aide du carburant disent être confrontés à des pannes sérieuses de moteur et ces problèmes seraient dus à l’utilisation d’un carburant qui serait impropre à la consommation. Selon des témoignages, ce problème touche entre-autres des automobilistes, des pêcheurs qui consomment exclusivement de l’essence.

Dans la soirée du mercredi 05 juin 2024, le président de l’Union des Consommateurs de Guinée (UCG) a accordé une interview à notre rédaction. Sans langue de bois, Ousmane Keïta confirme qu’effectivement ils ont vent de cette mauvaise nouvelle qui angoisse les consommateurs guinéens.

« Je confirme. Nous avons été alerté par plusieurs agents de nos consommateurs et immédiatement nous nous sommes mis en situation de crise, nous-même nous avons été à la rencontre de certains associations professionnelles, certains consommateurs qu’on qualifierait des consommateurs témoins et nous avons discuté à bâtons rompus avec ceux-ci, qui ont reconnu avoir eu des problèmes tantôt avec leurs moteurs de véhicules, tantôt avec leurs moteurs de bateaux. En un mot tout ce qui concerne les machines », explique le premier responsable de l’UCG.

Après cet entretien avec les consommateurs qui ont rencontré de nombreuses difficultés, le président de cette association qui défend les consommateurs dit avoir poussé les discussions avec les personnes victimes plus loin en posant un certain nombre de questions à savoir: cela est dû à quoi selon eux ? « Leur témoignage est venu attester qu’après le contrôle chez un mécanicien qu’ils ont eu la conclusion que leurs pannes étaient dues effectivement à des problèmes de mauvaise qualité de carburant. Dès que nous nous sommes rendu compte que c’était le cas, nous sommes rentrés en contact avec le ministre des Hydrocarbures pour plus de renseignements. Il était très gentil, il a répondu à certaines questions dès le départ et étant occupé on s’est dit d’aller vers une rencontre pour pouvoir échanger sur ce sujet. Donc nous lui avons demandé si les autorités pouvaient accepter de faire un communiqué officiel si c’est avéré. C’est vrai il y a eu beaucoup de plaintes mais vous savez il y a les plaintes mais si on veut aller un peu loin,  il faudrait qu’il y ait des plaintes et des preuves, le tout assorti par des actes d’huissier », a-t-il précisé.

La question qu’on doit se poser c’est de savoir quelle est la quantité touchée? Quel est le nombre de stations  qui ont été touchées ? Quelle mesure faut-il prendre pour limiter les dégâts ? « Et justement ces stations ont du carburant toxique, il serait évident de vider ces stations là. Mais en les vidant il faut pouvoir les poser quelque part, ça,  nous sommes d’accord, ce qui pose des questions environnementales et c’est à tout cela qu’on souhaiterait que nos autorités fassent l’effort de pouvoir fixer le problème.

À la question de savoir est-ce que c’est  l’essence et le gasoil qui sont touchés, le président de l’UCG de répondre: « De ce que je crois savoir, on m’a parlé d’essence, pas de gasoil, en tout cas pour l’instant. Donc en ce qui concerne les témoignages que nous avons eus, on n’a pas eu de plaintes du côté de gasoil mais de l’essence oui ».

Plus loin, le président de l’Union des Consommateurs de Guinée rassure qu’ils ne restent pas les bras croisés face à cette situation et que plusieurs mesures sont déjà prises.  « Nous avons alerté et nous avons lancé un appel à témoin pour ceux effectivement qui avaient rencontré des problèmes avec des preuves et un acte d’huissier et avec ça on compte aller voir les distributeurs de carburant pour aller leur demander ce qui s’est passé (…) Il fallait donner l’opportunité à cette structure là de s’exprimer pour qu’elle nous dise entre-temps d’abord si elle nous confirme qu’elles ont vendu du carburant frelaté. En ce moment, on pourrait avoir plus d’explication. Vous avez vu la démarche c’est pour aller plus vers la recherche d’explication que nous n’avons pas encore et après cela voir quelles sont les mesures que nous allons prendre »

Par ailleurs, Ousmane Keïta a lancé un appel aux consommateurs mais aussi aux autorités en leur demandant de rester vigilants dans la mesure où ces témoignages regroupés pourraient conclure que ce carburant importé soit toxique.

Pour finir, dit-il, il entend dans leur programme rencontrer la Société Nationale des  Pétroles (SONAP) pour plus d’explication, notamment son directeur général, dans les 48 heures qui suivent s’ils accèdent à leur demande.

Mamadou Yaya Barry 

Read Entire Article
Articles - News - SiteMap