CAN 2021 : cinq choses à savoir sur le Malawi, adversaire de la Guinée ce lundi

1 week ago

LES CHIMPANZÉS DE BOSSOU -GUINEE

Ce lundi 10 janvier, le Syli national affronte les Flammes du Malawi pour son premier match au compte de la 33ème édition de la Coupe d’Afrique des Nations. Connaissez-vous bien cette équipe que le Syli doit battre pour réussir son entrée en matière ? Voici cinq choses qui vous permettront d’avoir une idée les Flames ou au moins vous rappelleront ce que vous avez oublié sur eux.

C’est seulement sa troisième CAN

C’est en 1984 que le Malawi s’est qualifié pour la première fois de son histoire à une Coupe d’Afrique des Nations. Après quoi, il a fallu attendre près de trois décennies pour voir les Flammes à la plus grande compétition footballistique du continent. Comme en 1984, le Malawi, logé dans le groupe A en compagnie de l’Angola (le pays organisateur), du  Mali et de l’Algérie, n’avait pas réussi à dépasser le premier tour de la CAN 2010.

Les Flames n’ont battu la Guinée qu’une seule fois

Dans l’historique de leur confrontation, la Guinée et le Malawi se sont rencontrés à six prises avec quatre victoires, une défaite et un nul pour la Guinée. La dernière rencontre entre les deux nations a eu lieu le 25 mars 2016 à Conakry et le Syli l’avait gagnée sur le score de deux buts à un. Le Malawi avait demandé en vain la délocalisation de ce match après des cas de décès liés à Ebola dans la région de N’Zérékoré, à plus de 1000 kilomètres de Conakry. En plus de leur demande de délocalisation du match – qui avait été refusée par la CAF –, la délégation du Malawi qui s’entrainait à Freetown (Sierra Leone) avait raté son vol et l’équipe avait dû rejoindre Conakry par la voie terrestre.

La Fédération a revalorisé les primes des joueurs

Pas plus tard que dimanche 9 janvier, la Fédération malawite de football a officialisé son plan de motivation des joueurs en vue d’aller le plus loin que possible dans cette compétition. Désormais, chaque joueur de l’équipe a droit à une indemnité de déplacement de 1 500 dollars durant les phases de groupe de la CAN à laquelle s’ajoutent 100 dollars en cas de qualification aux phases à élimination directe. Les primes d’une victoire qualifiant  l’équipe pour les phases à éliminations directes sont fixées à 1 millions de Kwacha malawite par joueur, soit près de 1240 USD. Si c’est un match nul qui qualifie l’équipe pour le tour qualificatif, il sera payé un 500 000 Kwachas malawites à chaque joueur. La Fédération a également décidé d’octroyer aux joueurs 50% des fonds de qualification attribués par la Confédération africaine de football. Et, toute somme d’argent issu d’une qualification en quarts de finale, demi-finale et finale sera divisée à moitié égale entre l’équipe et la Fédération.

Cette mesure d’encouragement prouve surtout que, côté finance, les choses ont vraiment évolué du côté du Malawi. En 2017, le pays avait dû renoncer aux éliminatoires de la CAN 2018, à cause d’un budget réduit à peau de chagrin. A l’époque, la Fédération subissait la conséquence du retrait de ses deux partenaires financiers locaux pour malversation financière. Le gouvernement était resté le seul pourvoyeur de fonds de la Fédération. En plus d’annuler sa participation aux éliminatoires de la CAN 2018, la Fédération avait aussi annulé la participation du pays aux éliminatoires du CHAN 2018 et le recrutement d’un entraîneur étranger.

Un coach difficile à identifier

Qui du Malawite Meke Mwase et du Roumain Mario Marinica est le coach de l’équipe nationale du Malawi ? En peu de temps, beaucoup de choses se sont passées à la tête des Flames. Nommé sélectionneur de l’équipe en 2019, après la fin du contrat du Belge Ronny Van Geneugden, Meke Mwase a été rétrogradé assistant du sélectionneur principal, le 6 décembre 2021. Remplacé par le directeur technique Mario Marinica, il était censé reprendre son poste juste après la Coupe d’Afrique des Nations. Mais, c’est l’ancien joueur   du Nyassa Big Bullets FC (l’un des clubs les plus titrés du Malawi) qui s’est présenté à la presse ce dimanche 9 janvier et qui a exprimé la détermination des Flames à aller le plus loin que possible dans cette compétition. C’est lui qui est aussi présenté par la Confédération africaine de football comme le sélectionneur.

En fait, Mwase était « sanctionné » pour ses résultats catastrophiques lors du deuxième tour des éliminatoires de la Coupe du monde 2022. Logé dans le même groupe D en compagnie du Cameroun, de la Côte d’Ivoire et du Mozambique, le Malawi a terminé à la dernière place avec une seule victoire à son compteur. «  Ils (les autorités de la Fédération Malawite de Football) disaient que c’était trop court [avant le tournoi] de faire venir un autre sélectionneur et ils ont dit : ‘’ eh bien, Mario est déjà là et il connaît les équipes et les joueurs », explique Mario Marinica dans le journal anglais, The Guardian.

A Bafoussam, Mario Marinica est resté dans son rôle de directeur technique. Malheureusement, il est parmi les 9 membres de la délégation malawite (6 joueurs et trois membres du staff technique) testés positifs au COVID-19. Quant à Meke Mwase, il reste après tout le troisième sélectionneur à avoir réussi à qualifier l’équipe malawite à une CAN.

Une équipe Made In Malawi

Seuls deux des 23 joueurs convoqués par Meke Mwase évoluent en Europe. Il s’agit des milieux Charles Petro de Sheriff Tiraspol (Moldavie) et Fransisco Madinga du FC Dilla Gori (Georgie). Cinq jouent en Afrique du Sud, un au Mozambique, un en Ethiopie et un autre en Tanzanie. Tout le reste est issu du championnat local. Après un stage de préparation qui a été perturbé par le COVID – après une première rencontre amicale contre les Comores, le Malawi a dû annuler un match amical contre le Mali –, l’équipe se dit prête à entamer la compétition dès ce lundi 10 janvier.

Tokpanan DORE, Envoyé Special de Guineenews

Lire l article complet
Articles - News - SiteMap