Boycott des examens nationaux : Soumah et cie se retractent, les raisons...

1 week ago 14

Aboubacar Soumah, secrétaire général du Slecg et le ministre de l'Education Dr Bano Aboubacar Soumah, secrétaire général du Slecg et le ministre de l'Education Dr Bano

CONAKRY-Alors que les examens nationaux débutent ce jeudi 22 juillet 2021, des organisations syndicales de l’éducation, notamment la fédération syndicale professionnelle de l'Education (FSPE), le syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée (SLECG) sont montées au créneau. Les responsables de ces structures syndicales sont irrités contre le ministre de l'Education, Dr Alpha Amadou Bano Barry. Ils protestent contre leur exclusion dans l’organisation des examens nationaux.

Si dans leur précédente sortie, ces responsables syndicaux menaçaient de boycotter les examens, tout porte à croire qu’ils n’iront pas au bout de cette menace. Selon le secrétaire général du syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée, les examens ne seront pas totalement boycottés.

« Il y a un partenariat qui nous lie avec le Gouvernement à travers le ministère de l’éducation nationale et de l’alphabétisation. Il s’agit des relations sociales entre l’employé et son employeur. Depuis belle lurette, ce partenariat fonctionnait en bon terme, il faudrait qu’il continue. Mais si le ministre déclare qu’il ne veut pas travailler avec le syndicat, il faudrait qu’on réagisse. C’est pourquoi nous nous sommes retrouvés pour réagir sur la décision nous excluant du processus de l’organisation des examens. Nous avons demandé à ce que cette décision soit purement et simplement annulée » a affirmé Aboubacar Soumah, joint ce mercredi par un journaliste d’Africaguinee.com.

 Le ministre, lors de sa prise de fonction avait promis de travailler toujours avec le syndicat, rappelle le secrétaire général du SLECG. « Alors, comment peut-il déclarer solennellement lors de l’atelier préparatoire des examens que les syndicats sont exclus du processus de l’organisation de ces examens? » s’est-il interrogé.

« En tout cas s’il ne revient pas sur cette décision, nous examinerons et nous prendrons des dispositions.  Nous nous limitons aux menaces parce qu’il faut sauver l’année scolaire, nous ne voulons pas nous mettre en mal avec les parents d’élèves. C’est pour cela que nous allons faire en sorte que les examens se déroulent. Mais dès après les examens, nous allons prendre d’autres dispositions pour qu’on puisse se faire entendre », a averti le Aboubacar Soumah.

Envisagent-ils de boycotter la correction des copies ? Rien n'est à exclure. Pour le moment, toutes nos tentatives pour avoir la réaction du ministère de l’éducation nationale et de l’alphabétisation sont restées sans suite.

Siddy Koundara Diallo

Pour Africaguinee.com

Tel: (00224) 664-72-76-28

Lire L Article En Entier
Articles - News - SiteMap