Bah Oury siffle la fin des états généraux de l’agropastoral, un comité technique annoncé pour la mise en œuvre des 40 recommandations

2 weeks ago
LES CHIMPANZÉS DE BOSSOU -GUINEE

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous maintenant.

Ouverts mercredi à Conakry au chapiteau By Issa, les états généraux sur l’agriculture et l’élevage ont fermé portes et fenêtres ce vendredi, 05 juillet 2024.

À ce grand rendez-vous d’échange, de réflexion et de propositions de solutions, ont pris part les acteurs sectoriels venus d’Afrique, mais aussi de l’intérieur du pays. Des panels et MatersClass autour des thèmes notamment la valorisation des produits agricoles et animaux; accès aux marchés locaux et régionaux ( transformation, conditionnement et amélioration des circuits commerciaux).

Entre autres recommandations assorties de ces trois (3) jours d’échange, figurent en bonne place : – le soutien de l’administration du secteur à travers le respect des fonctions régaliennes de l’action, la  planification du contrôle et la promotion du transfert des fonctions de production et de transformation au secteur privé;

-engager la création d’un comité de coordination intersectorielle composé de différents ministères liés au secteur agropastoral et d’un cadre de concertation (Etat-PTF);

-développer une stratégie de redevabilité et de responsabilité;

-mettre en place une planification pluriannuelle prenant en compte toute la chaîne de valeur;

-engager la réflexion pour la création d’un pôle de croissance agricole avec l’implication et l’intervention complémentaire des ministères selon leur mandat;

-Amener les sociétés minières à s’approprier et appliquer la stratégie de responsabilité sociale des entreprises pour contribuer aux financements des projets agropastorales dans leurs zones d’interventions;

-utiliser la contribution des fonds miniers pour financer la réalisation des infrastructures agropastorales dans le cadre du contenu local;

-sensibiliser les communes à inscrire dans leur plan de développement local et annuel d’investissement, la construction d’infrastructures agropastorales (marchés à bétail, Parc communautaire, aménagement pour la production maraichère); mais

élargir aussi l’appui de la bourse de sous-traitance aux PME et PMI du secteur agropastoral.

Dans son discours de clôture, le Premier ministre, chef du Gouvernement, a soulevé une préoccupation, celle de faire en sorte que les recommandations issues de ces assises ne soient mises dans les tiroirs. C’est pourquoi, dira Amadou Oury Bah:  » le premier acte que le ministre de l’Agriculture et de l’Élevage devra faire dans le cadre de la mise en place de ce cadre de concertation, est de réunir un groupe consultatif pour la mise en œuvre des recommandations des états généraux. A son niveau et en dessous, la mise en place d’un comité technique pour la mise en œuvre des recommandations issues des états généraux de l’agriculture, qui pourront se décliner en programme et action dès demain ».

Poursuivant, le patron de la Primature a signifié que la prochaine campagne agricole 2025, doit débuter dans sa formalisation, dans sa conception, dès demain.

 » Monsieur le ministre de l’Agriculture, nous avons été pris au dépourvu pour cette saison. Vous avez réussi tant bien que mal à s’arrimer à l’attelage qui était déjà là. Tirons les conclusions des faiblesses antérieures, des recommandations pertinentes, pour préparer d’ores et déjà la prochaine campagne agricole 2025. Parce que nous ne pouvons pas nous tirer d’affaires si le secteur agricole et celui de l’élevage s’avèrent déséquilibrés par rapport à nos actions. C’est pourquoi nous devons faire en sorte que l’agriculture et l’élevage puissent contribuer à un taux de près de 50% du PIB, pour que la croissance économique soit un objectif réaliste. Et comme le disent les experts de la Banque mondiale, que si la Guinée fait un taux de croissance économique de 4% par an, c’est qu’en fait ils n’ont rien fait. 4% sans rien faire, on peut l’atteindre. Donnons-nous alors les moyens d’avoir 10%. Et ce sont 10% de croissance de manière durable qui feront qu’à moyen terme, nous allons inverser la courbe de la pauvreté que nous ne pouvons réussir que par le secteur agricole », a signifié le PM, avant de promettre la mise en place très prochaine de différents comités. 

« Nous allons mettre en place deux comités du Gouvernement. Deux comités mensuels. Un comité chargé du développement durable et du capitalisme. Un autre comité chargé des finances publiques et des réformes, pour que de manière structurée, l’ensemble des interventions des ministères sectoriels puissent se retrouver en phase et dans une dynamique collective pour avancer ensemble. C’est dans ce sens que la mise en place du comité technique pour la mise en œuvre des recommandations issues des États généraux nous permettra d’être en phase avec les objectifs globaux que s’assigne le gouvernement », a indiqué le Premier ministre Amadou Oury Bah. 

Sâa Robert Koundouno 

(+224) 620-546-653 

Read Entire Article
Articles - News - SiteMap