Bah Oury assure qu’il ne veut pas être ministre dans le gouvernement de transition

1 week ago
LES CHIMPANZÉS DE BOSSOU -GUINEE

Il a été l’un des premiers acteurs politiques à rencontrer la junte militaire qui a renversé le régime d’Alpha Condé, le dimanche 5 septembre. Bah Oury, puisqu’il s’agit de lui, était perçu comme un démarche de poste auprès du Comité national du rassemblement pour le développement (CNRD).

L’ancien ministre de la réconciliation nationale assure qu’il n’est nullement pas intéressé par un poste ministériel dans le gouvernement de transition.

Le président de l’Union des démocrates pour la renaissance de la Guinée (UDRG) estime que le choix des prochains membres du gouvernement de la transition ne devrait pas se faire sur la base politique.

‘’Dans le cadre de ce gouvernement de transition, il n’est pas souhaitable que les partis politiques y amènent de manière directe des hommes et des femmes pour occuper des postes. Il faut qu’on évite de recommencer les erreurs que nous avons eues en 2010’’,  indique Bah Oury dans Mirador.

Parce que, dit-il, ‘’si on le fait ainsi, on va amener des conflits, des contradictions, des rivalités et ambitions des uns et des autres dans le gouvernement, alors que celui-ci a une mission bien précise, qui est d’œuvrer pour la réalisation des grandes missions essentielles au cours de la transition. Donc il faudrait choisir des hommes et femmes en fonction du profil, de la compétence et de l’intégrité’’.

Pour sa part, précise l’opposant, ‘’vous ne verrez jamais mon nom là-dedans. Il n’a a jamais été question que j’appartienne à un gouvernement de transition. Je n’ai jamais été candidat. Je suis clair, je ne suis pas partie prenante et je ne milite pas pour que des politiques soient directement mis dans un gouvernement de transition’’.

‘’Parce que ce serait fausser les grands axes et la nécessité d’avoir une équipe homogène, impartiale et neutre qui va agir en équité par rapport aux charges qui sont les leurs. Le gouvernement de 2010 a été un gouvernement où les partis politiques ont envoyé des missionnaires. On a tous vu ce que cela a donné. Nous avons connu une transition qui s’est terminée pratiquement dans un contexte de difficultés, de tiraillements, de tensions. Nous ne souhaitons pas revenir sur ca’’, ajoute M. Bah.

Pathé BAH, pour VisionGuinee.Info

00224 621 77 38 52/[email protected]

Lire l article complet
Articles - News - SiteMap