Amnesty International Guinée a présenté son rapport 2023-2024 sur la situation des droits humains dans le pays

2 months ago
LES CHIMPANZÉS DE BOSSOU -GUINEE

*Accès aux Médias et Répressions*

En République de Guinée, l'accès aux principaux réseaux sociaux a été perturbé, et des médias tels que la radio, la télévision, et certains sites d'informations ont été ciblés. À l'exception des manifestations soutenant les autorités de transition, toutes les autres ont été interdites. Les forces de sécurité ont été impliquées dans la mort de manifestants et dans l'arrestation arbitraire de journalistes.


*Affaires Judiciaires et Violences*

Quatre personnes ont été reconnues coupables dans l'affaire de M'Mah Sylla. Par ailleurs, des procès pour pollution marine ont été initiés par les autorités.


*Contexte Politique et Sécurité*

Le procès de l'ancien chef d'État, Moussa Dadis Camara, et d'autres hauts responsables de la sécurité, accusés dans le massacre du 28 septembre 2009, est une représaille. Une explosion majeure à Conakry a provoqué des décès et des blessures importantes, exacerbant une crise énergétique qui a eu un impact profond sur la vie quotidienne.


*Liberté d'Expression*

La Cour de justice de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest a statué que la Guinée avait violé les droits à la liberté d'expression en restreignant l'accès à Internet et aux réseaux sociaux en 2020. Les restrictions ont continu, affectant l'accès à l'information pendant des périodes critiques.


*Liberté de Réunion*

Les restrictions sur les rassemblements politiques sont toujours en vigueur, avec une application sélective permettant des événements pro-gouvernementaux. Des sanctions ont été appliquées contre des participants à des rassemblements non autorisés.


*Homicides Illégaux et Violences*

Des rapports indiquent que les forces de défense et de sécurité ont tué plusieurs personnes lors de manifestations. Des incidents isolés ont également été signalés lors d'opérations de sécurité.


*Arrestations et Détentions Arbitraires*

Plusieurs membres de l'opposition ont été détenus arbitrairement avant d'être libérés sous conditions. Des journalistes ont également été arrêtés lors d'une manifestation pacifique.


*Violences Basées sur le Genre*

Des peines de prison ont été prononcées pour des actes de violence sexuelle, y compris dans des cas ayant entraîné la mort de victimes.


*Droits Environnementaux*

Malgré les préoccupations environnementales et sociales, des projets d'exploitation minière ont été relatifs. Des inspections ont révélé des niveaux significatifs de pollution marine, entraînant des actions en justice contre les hypothèses responsables.


Ce rapport met en lumière des défis sérieux en matière de droits humains et appelle à une vigilance internationale et à des réformes au niveau national.


Mamadou Djiwo Bah pour guineetimes.com 

Read Entire Article
Articles - News - SiteMap